Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La mécanique rencontre l'artifice

24 sept. 2007, 12:00

Où conduit le post-humanisme? Que penser de la culture cybernétique? Et si la mécanique envahissait notre monde, l'artifice travestissant le naturel? Alliant l'animal, l'humain et la machine, les attrayants cyborgs de l'artiste Jean Fontaine trônent majestueusement à la galerie 2016 de Hauterive, donnant naissance à un univers avant-gardiste peuplé d''animaux et d'objets nouveaux, dans lequel becs de toucan, pieds de porcs et ailes d''ange s'unissent pour ne former qu'un. Les cyborgs auraient-ils une âme?

Tout en poésie et humour, Jean Fontaine se présente en tant que chirurgien-céramiste qui transplante et assemble, juxtaposant l'ordinaire afin de faire place à l''étrange et au surnaturel. Si parfois la porcelaine, le bois, le verre, le papier ou les plumes se mêlent subtilement à l'?uvre, la terre à grès en reste la structure édifiante. Par de subtils trompe-l'?il, elle se transforme en une authentique peau de ferraille et d'acier. Par la précision et la poésie du geste, le sculpteur s'amuse de l'engrenage mécanique et pervers qui met en branle folie et raison. Surpris en premier lieu par la brutalité de l'aspect métallique des ?uvres, le spectateur se laisse très rapidement transporter par l'harmonie des formes et l'étrangeté de l'hybridation. Fontaine s'amuse avec la femme-objet, tout comme il danse avec les mots, telle l'?uvre fascinante «Viole de gambettes». Aux contours délicats et sensuels, la muse omniprésente de ses chimères semble annoncer la nécessité d'une relation intime entre l'humain et la machine, éventuelle filiation psychanalytique au rêve et à l'ivresse de l'inconscient?

Mais d'où résulte cette «mécanofolie»? C'est à la rencontre de la socioanthropologie du corps et de celle des techniques que se nouent certains des enjeux les plus importants de notre devenir. La place laissée ou donnée au corps est particulièrement révélatrice de celle qu'une société décide d'attribuer aux hommes. Proposant une représentation subtile et poétique, les cyborgs de Fontaine permettent de réfléchir avec malice aux enjeux de la présence corporelle des êtres vivants dans nos sociétés technologiques.

Jean Fontaine, Galerie 2016, Hauterive. Jusqu´au 21 octobre 2007. A l?occasion de cette exposition, sept sculptures de l?artiste sont également présentées au Musée d?ethnographie à Neuchâtel, en résonance à Figures de l?artifice
Votre publicité ici avec IMPACT_medias