La crèche, mieux que maman pour réussir à l'école?

Les enfants ayant fréquenté une crèche obtiendraient de meilleurs résultats scolaires que leurs petits camarades restés à la maison. Telles sont les conclusions d'une étude bernoise qui va à l'encontre des idées reçues. La crèche, c'est mieux que papa-maman pour réussir à l'école»: c'est en ces termes un brin provocateurs que la presse allemande a commenté hier les résultats d'une enquête menée par le Bureau d'études de politique du travail et de politique sociale (Bass) de Berne*. Selon les recherches de cet institut indépendant, le passage en crèche augmente sensiblement les chances d'accéder ensuite au lycée. L'étude se base sur un échantillon de 1000 jeunes Allemands, nés entre 1990 et 1995. Ainsi, la moitié des ados ayant intégré une structure d'accueil dans leur prime enfance ont accédé par la suite au cycle secondaire le plus sélectif (équivalent des actuelles classes de maturité), pourcentage qui tombe à 36% pour les autres jeunes. Et ce, dans un milieu social et familial comparable.

04 mars 2008, 12:00

L'expérience de la crèche s'avère la plus profitable pour les enfants fragilisés par un contexte socio-économique défavorable. Dans ce cas, la proportion d'écoliers accédant au cycle d'études supérieures passe presque du simple au double. Pour Tobias Fritschi, auteur de cette étude, «la crèche améliore incontestablement l'égalité des chances, au début de la scolarité en tout cas». Ensuite? «L'effet bénéfique est relativisé par d'autres facteurs», répond le chercheur, qui établit une corrélation directe entre le succès scolaire des écoliers et le niveau de formation de leurs parents: «Plus de 60% des enfants dont les parents ont suivi le gymnase entreprennent à leur tour des études supérieures, alors que ce taux chute à 11% dans les familles où les parents n'ont pas de diplômes.» Avec la fréquentation d'une crèche, ce pourcentage remonte toutefois à 20%, mais on est loin du compte enregistré dans les milieux socioculturels élevés (76%). Reste à savoir si les conclusions des chercheurs pourraient être transposées à la Suisse? Tobias Fritschi: «Les systèmes scolaires suisse et allemand sont différents, notamment le passage à l'école secondaire. Mais les tendances générales iraient certainement dans la même direction.» /CFA

*Etude réalisée sur mandat de la fondation allemande Bertelsmann pour promouvoir les places de crèche outre-Rhin. Infos sur le site: www.burobass.ch