La chasse aux boutonneux

29 avr. 2009, 10:22

Après Mai 68, on criait avec Johnny Hallyday «Flagrant délit de jeunesse». Cette chanson nous collait à la peau alors qu'on militait pour plus de liberté: «On vous accuse de jeunesse / Vos habits et votre aspect / Vous rendent tous un peu plus suspects / En vérité je vous le dis / Vous vivez tous en flagrant délit / Flagrant délit de jeunesse / C'est un péché plus sérieux que l'ivresse.»

La chasse aux jeunes continue de nos jours. Les autorités de Mansfield (GB) ont installé un éclairage rose à certains endroits pour éviter les rassemblements d'adolescents. Ces lumières exagèrent l'acné juvénile. Des lampes normalement utilisées en dermatologie mettent en relief les vilains boutons. Les boutonneux honteux de leur visage bourgeonnant s'en vont glander ailleurs tandis que l'on tamise - à Londres! - la lumière dans les night-clubs pour masquer les rides des cochons de vieux qui viennent s'échanger les partenaires...

La City avait déjà diffusé en 2005 de la musique classique dans des bouches de métro pour chasser les rappeurs. Des chercheurs avaient même testé des émetteurs d'ultrasons audibles uniquement par les jeunes oreilles.

Dans un centre d'achats bien de chez nous, j'ai été gratifié d'un rap provenant de la cabine d'essayage, tandis que du côté de la caisse où m'attendait la couturière, une brailleuse anglaise vociférait des vocalises sur un second haut-parleur. A mi-chemin, j'avais envie de fuir cette musique de fond pour préserver mes tympans. Mais avec mon nouveau pantalon trop long, je ne pouvais pas courir...