La Case à chocs s'offre une scène: le Queen kong club

03 avr. 2008, 12:00

La Case à chocs, à Neuchâtel, diversifie son offre culturelle et musicale. Le Queen kong club sera sa nouvelle scène electro, pop, rock. Après trois semaines de réfection, le site ouvrira vendredi soir dès 22 heures pour son premier concert.

Connue sous le nom de Namasté, la petite salle proposera des concerts en semaine et durant le week-end, complétant l'offre de la Case à chocs. Sans pour autant rivaliser avec sa grande s?ur. «Notre but est de faire tourner les deux salles en évitant toute concurrence», souligne Xavière Sennac, membre de Boris Kouglopff et les filles du calvaire. «Ce qui n'exclut pas des collaborations.»

L'association à but non lucratif sera chargée de faire fonctionner le Queen kong club. Et Xavière Sennac de souligner: «C'est du bénévolat pur.»

Boris Kouglopff et les filles du calvaire s'est approché de l'Association de coordination de la Case à chocs (ACDC) au mois de février pour reprendre le Namasté. L'ACDC, qui assure la gestion artistique et administrative du bâtiment, a accédé à cette demande. «Le site était sous-exploité, utilisé uniquement pour certaines soirées comme pour le festival Médecins du monde», précise Hugues Houmard de l'ACDC. «Nous voulions lui donner une identité à part entière.»

Deux mois, dont trois semaines de travaux, ont suffi pour faire naître le Queen kong club. «Nous avons voulu rendre la salle plus attractive, avec ces bandes jaunes et roses», explique Xavière Sennac. La Ville de Neuchâtel leur a accordé 4000 francs pour cette réfection. Quelques travaux restent pourtant à effectuer pour être prêt pour l'ouverture. «Le problème de la salle, c'est l'acoustique», concède Hugues Houmard. «Nous allons l'améliorer au fur et à mesure.»

Celui-ci pourra accueillir quelque 80 personnes. Une atmosphère intimiste souhaitée par Boris Kouglopff et les filles du calvaire. «Il est difficile de faire un concert de rock alternatif d'un groupe peu connu dans la grande salle. Quatre-vingts spectateurs dans une salle de 600 personnes, cela fait un peu bizarre», reconnaît Xavière Sennac. «Ce que nous faisions dans la grande salle, nous le morcellerons dans la petite en proposant moins de groupes en une fois.»

Côté rentabilité, Xavière Sennac reconnaît qu'il «faudrait quand même entre 50 à 100 personnes durant le week-end. Nous avons des noms porteurs dans notre programmation, des groupes en provenance de Suisse, de France, d'Allemagne ou des Etats-Unis notamment. Nous souhaitons attirer un public plus vaste qu'un public local.»

Le Queen kong club sera ouvert jusqu'à 2h en semaine et jusqu'à 4h le week-end. / cbx

Programme d?ouverture du Queen kong club, vendredi 4 avril, dès 22 heures: The Konki duet, Cosmo vitelli, Born Bjorg, Kap1opurt, Digital natives