Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'économie de la paix

Un capitaliste convaincu honoré du prix Nobel de la paix pour le succès de son modèle de lutte contre la pauvreté dans les régions les plus déshéritées de la planète! Le paradoxe a de quoi donner des boutons à de nombreux chantres du bonheur des peuples par la gestion collective ou étatique.

14 oct. 2006, 12:00

C'est pourtant la réalité. Hier, Muhammad Yunus, Bangladais de 66 ans, économiste formé aux Etats-Unis, et sa banque, la Grameen Bank, sont devenus les lauréats du prix le plus prestigieux qui soit. «Une paix durable ne peut pas être obtenue sans qu'une partie importante de la population trouve les moyens de sortir de la pauvreté», a justifié le comité. Surprenante au premier abord, cette récompense est largement méritée. Muhammad Yunus a, en effet, réinventé le microcrédit pour les personnes les plus pauvres. Celui que l'on surnomme le «prêteur d'espoir» a débuté son action il y a 30 ans en prêtant 27 dollars à quelques femmes de son village. Aujourd'hui, le système s'est propagé sur toute la planète. Le total des prêts se compte en milliards de francs et le taux de remboursement fait pâlir d'envie les banques d'affaires les plus réputées.

La démarche n'a cependant rien de commun avec le microcrédit connu sous nos latitudes. Ici, pas de campagne d'affichage vantant l'accès à une voiture ou une TV à écran plat. La démarche, accessible à chacun, n'a rien de consumériste. Elle fait appel à l'honneur, celui procuré par la perspective d'une vie plus décente. Un avenir qui passe souvent par l'achat d'une «broutille», comme des poules, quelques T-shirts ou une machine à coudre. Ce n'est donc pas un hasard si les prêts sont avant tout accordés à des femmes. Ce sont elles qui, souvent, assument la vie de famille.

«Je crois en la liberté de marché. Celui-ci n'est pas sale», répète le lauréat. Les faits lui donnent raison. Son idée a fait tâche d'huile. Parce que son modèle récompense la ténacité et le travail tout en bas de l'échelle. Preuve que le capitalisme ne se résume pas à un jeu spéculatif. / POb

Votre publicité ici avec IMPACT_medias