L'amertume de Macazaga

L'aventure de Patrick Macazaga à la tête de la première équipe d'Union Neuchâtel a pris fin après 13 mois seulement. L'entraîneur basque ne peut cacher une certaine amertume, même s'il s'attendait à un tel épilogue. «J'ai fait les frais d'un conflit de personnes. Cette situation est réellement décevante.»

17 janv. 2006, 12:00

Macazaga part la conscience tranquille. «Le club est qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de Suisse et fait partie des huit premiers en championnat. Il a participé pour la première fois de son histoire à la Coupe de la Ligue. Or, ce groupe n'est pas constitué de stars, il manque un leader au niveau du «scoring». C'était vraiment difficile d'obtenir davantage. J'ai fait franchir un premier palier à cette équipe.»

Selon Patrick Macazaga, ses rapports avec les joueurs n'étaient pas compromis. «Je me suis souvent remis en question, assure-t-il. Je sentais néanmoins que mes jours étaient comptés. Je ne savais simplement pas quand le couperet allait tomber. Mais c'est un peu facile de croire que le limogeage de l'entraîneur va tout résoudre.» /ESA