Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Jura: la démocratie est gratuite!

Vraiment pour rien? Le deuxième tour de l'élection au Gouvernement jurassien n'a pas chamboulé la donne du premier. Il y a trois semaines, les électeurs avaient clairement affiché leurs préférences en votant d'abord pour des personnalités, faisant fi de leur étiquette partisane. Le scrutin de ce week-end paraissait ficelé tel un gigot. Il le fut.

13 nov. 2006, 12:00

A la différence, toute génétique, que le trio de tête a changé. Michel Probst est passé devant tout le monde. Etonnant venant d'un homme chargé de rectifier l'image cabossée du Parti libéral-radical, et qui n'a jamais rien fracassé jusqu'ici.

Le retour des radicaux aux affaires après quatre ans passés au galetas, les ministres Laurent Schaffter et Elisabeth Baume-Schneider qui bénéficient de la prime aux sortants: rien à redire.

Par contre, le PDC a beau claquer les bretelles. Le premier parti cantonal voit son duo terminer aux 4e et 5e places. C'est du jamais vu depuis l'entrée en souveraineté. Charles Juillard et Philippe Receveur ont toutefois raison: ce n'était pas facile de déboulonner des gens en place, d'autant qu'ils n'ont pas démérité.

Michel Probst, élu en grande partie grâce aux voies du PDC? L'ex-candidat Juillard a usé d'une formule élégante: «Notre parti mérite plus que jamais le «c» de chrétien!» En clair, il donne avant de recevoir. Amen.

Le popiste Pierluigi Fedele, de la gauche alternative, a presque doublé son score par rapport au premier tour de scrutin. C'est excellent. Mais l'écart entre lui (10e) et le cinquième du premier tour était à ce point abyssal qu'il ne pouvait pas espérer décrocher le pompon.

Reste que la candidature du candidat du CS+POP a eu le mérite de provoquer un deuxième tour crédible. Durant trois semaines, de nombreuses personnes ont éructé sur l'utilité d'un nouveau passage par les urnes. Le canton et les communes auraient pu économiser 140.000 francs, ont-elles ajusté. Deux francs par habitant une fois tous les quatre ans? Pinçons-nous!

La démocratie n'a pas de prix, elle est même gratuite. Aussi dans le Jura, où, paraît-il, tout se paie très cher! / GSt

Votre publicité ici avec IMPACT_medias