Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Inox fait parler la poudre

Une agence neuchâteloise a conçu la campagne internationale de Chopard, lancée jeudi dernier à Paris. Une aventure fantastique, avec un brin de magie à la clé «C'est une aventure fantastique, un vrai cadeau»: fondateur, avec François Huguenin et Raphaël Pizzera, de l'agence Inox Graphic Design, à Neuchâtel, Ladislav Kladny a encore les yeux qui brillent lorsqu'il évoque la nouvelle campagne publicitaire de l'horloger-bijoutier genevois Chopard, lancée jeudi dernier à Paris.

01 févr. 2006, 12:00

Une belle aventure, qui permet à l'entreprise, née en 1997, de boucler une année 2005 riche en mandats prestigieux, confiés entre autres par Tag Heuer ou par le Comité international olympique, qui a chargé l'équipe neuchâteloise de concevoir son nouveau logo et toute son identité visuelle. Une jolie vitrine, lorsqu'on sait que le CIO est l'une des marques les plus connues dans le monde...

Mais il y a eu, avec la campagne internationale de Chopard, «quelque chose de spécial», un peu de poudre de perlimpinpin, un brin de magie, qui a permis à Inox de démontrer sa créativité. «La famille Scheufele, en particulier Caroline, nous a fait entièrement confiance, et nous avons pu monter une équipe de haut vol», explique Ladislav Kladny, qui dirige seize collaborateurs dans le bâtiment de La Poste, à Neuchâtel. Avec, à la clé, des prises de vue réalisées (par le Neuchâtelois Joël von Allmen, notre édition du 28 janvier) dans un studio mythique de Paris, et une ambassadrice, le top model Eva Herzigova, qui a dit elle-même que c'était le meilleur shooting de sa carrière.

Derrière le glamour et les paillettes se cache cependant plus d'une année de labeur. «En fait, nos contacts avec Chopard remontent à plus de deux ans, se souvient le cofondateur d'Inox. Karl Friedrich Scheufele avait fait appel à nous pour sa collection hommes: il voulait faire une vraie marque des montres LUC, mais nous l'en avons dissuadé, estimant que le nom de Chopard était suffisamment universel pour séduire aussi les hommes. Notre franchise a dû payer, puisque nous avons obtenu la campagne. Et quelques mois plus tard, c'est sa soeur, Caroline, qui nous a contactés.»

«Un monde magique peuplé d'elfes, de fées, saupoudré de poudre de perlimpinpin»

Avec une trame simple, mais précise. «Nous avons travaillé sur l'image de Chopard, qui est devenue indissociable de l'univers du cinéma. Nous avons proposé un monde magique, peuplé d'elfes, de fées, saupoudré de poudre de perlimpinpin, sourit Ladislav Kladny, un thème qui séduit et fait rêver toutes les femmes, quel que soit leur âge, leur origine ou leur milieu social.»

Le concept a été proposé au salon horloger de Bâle, au printemps 2005. Et Caroline Scheufele a donné son feu vert. Au final, sur cinq visuels, Eva Herzigova est tour à tour fée clochette, femme fatale, allumeuse ou diva. Avec, partout, une pincée de poussière d'étoiles mettant en valeur un produit, montre ou bijou. Un concept qui peut durer dans le temps et se décliner à loisir.

On est bien conscient, chez Inox, que ce travail, réalisé avec les plus grands professionnels de la branche, va positionner l'agence dans le haut de gamme. «Mais on n'a pas attrapé la grosse tête, on va continuer à faire des boutiques, des sites web et à travailler avec de petites sociétés neuchâteloises, ainsi qu'avec les milieux culturels, insiste Ladislav Kladny, qui reste, avec ses associés, très attaché à sa ville. Il y a ici de vraies compétences, il faut juste en être un peu plus conscient et savoir les mettre en valeur», ajoute-t-il. Inox a gagné 15 des 19 concours auxquels elle a participé. Quelle meilleure preuve donner? / FRK

Votre publicité ici avec IMPACT_medias