Votre publicité ici avec IMPACT_medias

«Il faut moderniser l'image des métiers de l'horlogerie»

Elle est femme, alémanique et démocrate du centre: Elisabeth Zölch a fait tomber trois bastions d'un coup, mardi à Neuchâtel, en accédant à la présidence de la Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP). L'ancienne conseillère d'Etat bernoise prendra ses fonctions le 1er août. Elle veut moderniser l'image de la profession.

03 mai 2007, 12:00

Elisabeth Zölch, vous serez en août la présidente de la CP. En tant qu?ancienne ministre de l?Economie, vous connaissez déjà bien la branche... Oui, c?est un avantage. Je connais bien la culture horlogère, j?ai noué de nombreux contacts avec des entreprises comme Rolex ou Swatch, et j?ai notamment contribué, par mon action au gouvernement, à la création de places de travail à Bienne et dans le Jura bernois. L?horlogerie me fascine, elle a façonné l?image de notre pays et montre que la Suisse est le berceau de l?industrie et de la précision. J?aurai la chance de travailler pour une branche qui est forte et qui a derrière elle une longue et parfois difficile histoire.

Vous arrivez dans un monde très masculin, plus encore que la politique, peut-être. Et vous n?êtes pas romande: cela ne vous facilitera pas la tâche... (Rires). C?est vrai que lors des rencontres préalables que j?ai eues, avant ma désignation, il n?y avait que des hommes autour des tables... Mais cela me plaît que l?on ait choisi une femme, et de plus une femme alémanique issue d?un canton bilingue. Mon rôle sera de faire le pont entre la Romandie et la Suisse alémanique.

Durant les années de présidence de Jean Cavadini, l?horlogerie a connu une croissance presque ininterrompue. Vous pourriez être confrontée, à l?avenir, à une conjoncture plus difficile? La branche se porte bien actuellement, et c?est heureux. Mais c?est clair que l?on n?accède pas à la présidence juste pour les bons moments... Mon objectif sera de conserver la paix sociale en tout temps, c?est un défi fondamental.

Vous poursuivrez dans la ligne de votre prédécesseur, en privilégiant le dialogue avec le syndicat plutôt que la confrontation? Tout à fait. La CP a pour tâche de discuter avec les travailleurs, et je suis très reconnaissante à Jean Cavadini d?avoir toujours favorisé ce dialogue.

La CP joue un rôle important dans la formation. La branche manque aujourd?hui cruellement de personnel. Comment voyez-vous votre action future? Il faut réussir à mieux communiquer sur les métiers de l?horlogerie, faire comprendre aux jeunes que ceux-ci sont fascinants et modernes. La branche souffre encore d?une image un peu traditionnelle, qui ne correspond plus du tout à la réalité. Il faudra réussir à changer cela, montrer que les employés de l?horlogerie ont des compétences énormes et précieuses.

Quelle montre portez-vous aujourd?hui? Une Longines qui m?a été offerte lorsque j?ai quitté le gouvernement. Sinon, je possède aussi deux ou trois Swatch. / FRK

Votre publicité ici avec IMPACT_medias