Gros succès pour la pétition contre de nouvelles taxes sur les chiens

La pétition contre l'introduction de nouvelles taxes cantonales sur les chiens fait un carton: près de 4400 signatures ont été récoltées en 25 jours. Les pétitionnaires brandissent la menace du référendum pour faire pression sur le Grand Conseil neuchâtelois.
28 avr. 2014, 15:48
Une surtaxe pour les propriétaires détenant plus de deux chiens? Les pétitionnaires n'en veulent pas. 

La Cibourg 27 juillet 2012
Photo R Leuenberger

«On ne s’imaginait pas rencontrer un tel succès auprès de la population! En lançant notre action, on espérait recueillir mille signatures au maximum.» Le Loclois Daniel Heiniger ne cache pas sa satisfaction:la pétition lancée fin mars contre le projet de loi neuchâteloise sur les chiens fait un véritable carton. «En 25 jours, nous avons récolté près de 4400 signatures. Les propriétaires de chiens refusent de devoir payer de nouvelles taxes et trouvent le projet totalement exagéré.»

Le texte élaboré par le Conseil d’Etat permettra au canton de s’adapter à la législation fédérale, notamment sur les questions d’identification des chiens ou d’annonce de morsures. Mais le projet en profite pour introduire quelques spécificités neuchâteloises qui toucheront les maîtres des 10000 chiens répertoriés dans le canton. 

La menace du référendum

Parmi ces changements, l’introduction d’une nouvelle taxe cantonale de 60 francs s’ajoutant à l’actuelle taxe communale, mais aussi l’apparition d’une surtaxe pour les maîtres possédant trois chiens et plus. Objectif:réduire le nombre de meutes dans le canton et les accidents qui en découlent. 

Ces coûts supplémentaires ne sont pas du goût du comité pétitionnaire «Non à la hausse de la taxe des chiens». Composé de six propriétaires de chiens, il souhaite dépasser les 4500 signatures pour faire pression sur le Grand Conseil, qui pourrait se prononcer sur ce projet de loi fin juin.

La barre des 4500 paraphes n’a pas été fixée au hasard: c’est le nombre de signatures requis pour un référendum.  «Nous remettrons notre pétition au Grand Conseil dans le courant du mois de mai», indique Ghislaine Pigny, également membre du groupe pétitionnaire. «Les députés verront ainsi que s’ils acceptent ce projet de loi tel quel, nous n’aurons aucune peine à lancer un référendum et à le faire aboutir.»

Soutiens d’élus de droite

Les pétitionnaires ont d’ores et déjà reçu le soutien informel de députés de droite. «Nous n’avons pas établi de position officielle à ce sujet, mais nous nous opposerons à ces nouvelles taxes cantonales», annonce Walter Willener, président du groupe UDC au Grand Conseil. «On a quand même l’impression que l’Etat cherche à se faire de l’argent là où il le peut...»

Lors du débat en plénum, l’UDC et le PLR devraient s’unir pour modifier le projet de loi et en supprimer les nouvelles taxes, par le biais d’amendements communs.

Davantage d'informations à lire mardi dans L'Express et L'Impartial