Réservé aux abonnés

Femmes ni anges ni démons

Deux chercheuses de l’Université de Neuchâtel démontent les clichés.

19 mai 2017, 00:21
DATA_ART_11207257

Ce travail de recherche a pris plusieurs années. «A la base, ça date de plus de dix ans. Véronique travaillait déjà sur la violence faite aux femmes. Moi, j’ai lu un article présentant une vision de la délinquance des femmes qui datait des années 1950.» Le sang de Joëlle Vuille n’a fait qu’un tour. Elle a envoyé une lettre à cette revue et proposé à son amie de rétablir les faits.

Caricatures et stéréotypes sont déconstruits. Il ressort de l’ouvrage des deux chercheuses de l’Université de Neuchâtel un portrait plus conforme aux connaissances scientifiques. Véronique Jaquier et Joëlle Vuille se ...