Réservé aux abonnés

Enfants en difficulté: «Il faut un meilleur accès aux thérapies»

Les jeunes Neuchâtelois en souffrance galèrent souvent avant de pouvoir accéder à une thérapie. La fermeture de places en institution risque d’aggraver la situation. Les psychologues-psychothérapeutes tirent la sonnette d’alarme.
02 oct. 2019, 05:30
Les psychologues neuchâtelois manifestaient déjà en septembre 2018 dans la cour du Château pour réclamer un meilleur accès aux soins psychiques.

«La situation est tendue. Les enfants qui souffrent de troubles psychiques doivent souvent attendre plusieurs mois avant d’être pris en charge par un pédopsychiatre.» C’est le constat que dresse le docteur Souhaïl Latrèche, médecin scolaire à La Chaux-de-Fonds. «Les conséquences sont parfois dramatiques: plus le délai d’attente est long, moins l’élève ira à l’école. Cet absentéisme peut le mener à l’échec scolaire.»

Le m&eacut...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois