Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Dure réalité financière

Il faut trouver un million de francs d'économies au budget 2007. Le Conseil synodal va proposer des retraites anticipées sur base volontaire. Mais aussi un débat large sur le futur de l'institution Un million. L'objectif a été fixé à un million de francs d'économies au budget 2007. Afin de remédier à une «situation financière particulièrement difficile», l'Eglise réformée évangélique neuchâteloise (Eren) va réduire le nombre de ses ministres. Mais les retraites anticipées et les diminutions de temps de travail reposent sur une base volontaire, a expliqué hier le Conseil synodal. Tout en insistant: les mesures qu'il soumettra au Synode à la mi-juin s'inscrivent dans une vision globale de la mission future de l'Eglise protestante.

03 mai 2006, 12:00
Vingt et une retraites

Les chiffres, comme les faits, sont têtus. Avec un déficit de 1,47 million aux comptes 2005, l'Eren ne peut faire l'économie... d'économies supplémentaires, après celles que le Synode a décidées en décembre. Ces cinq prochaines années, ce sont donc 21 permanents de l'Eglise, pasteurs ou diacres, qui prendront une retraite anticipée, entre 61 et 64 ans. A cette idée, Nicolas Cochand oscille entre tristesse et fierté. Le responsable des ministères a rencontré toutes les personnes concernées. «Toutes sont entrées en matière» sur ce geste de solidarité, se félicite-t-il.

Gain estimé: 700.000 francs. Pour atteindre le million, il faudra prévoir d'autres économies. Dont le renvoi au budget 2009 de la revalorisation des salaires initialement prévue pour 2007. Une augmentation à laquelle tient le Conseil synodal: les pasteurs neuchâtelois sont les moins bien payés de Suisse!

Mais l'Eren ne veut pas limiter sa réflexion à la seule réalité financière. «Nous devons concilier ces objectifs avec nos objectifs d'Eglise», souligne Isabelle Ott-Bächler, présidente du Conseil synodal. «Ayons le courage de mêler ces deux regards en même temps», renchérit Gabriel Bader, responsable du département de l'intérieur. Regard lucide sur les mesures d'austérité. Mais aussi regard large sur ce que sera le futur de l'Eglise.

«Nous ne partons pas de rien. Nous avons déjà fait un gros travail de réforme de nos structures, dans le cadre d'Eren 2003. Puis, l'an dernier en Synode, nous avons trouvé un consensus sur les priorités de notre Eglise. C'est une base sur laquelle nous allons pouvoir travailler», développe-t-il.

Reste à savoir ce à quoi l'Eglise va devoir renoncer. Moins de cultes tous les dimanches? Moins d'engagements dans des institutions sociales, dont le fonctionnement serait confié à des fondations privées? Autant de questions ouvertes...

D'autres, en revanche, ont déjà reçu leur réponse. Oui, il y aura de la place pour de jeunes pasteurs dans l'Eglise neuchâteloise. Le Conseil synodal proposera au Synode d'engager les six suffragants qui finissent leur formation cette année. Réduire les effectifs, même à grands coups de retraites anticipées, ne signifie pas qu'on veuille se priver de forces nouvelles. L'avenir de l'Eren passe aussi par là. / SDX

Votre publicité ici avec IMPACT_medias