Distinguer les copeaux des fûts

06 févr. 2008, 12:00

Des tests permettront de dire quels arômes tel ou tel fût de chêne peut donner au vin, mais aussi de dire si l'arôme boisé vient d'un élevage en barrique ou de l'adjonction de copeaux. Ces méthodes seront présentées ce soir à Neuchâtel, à l'initiative de la Société des sciences naturelles, par André Rawyler, de l'Ecole d'ingénieurs de Changins (EIC).

En collaboration avec les milieux viti-vinicoles, dont des domaines neuchâtelois, l'EIC a déjà démontré que le chêne suisse permet de faire d'excellentes barriques. En outre, un outil analytique permet de prédire les principales tendances aromatiques que tel ou tel fût donnera au vin qu'il contient.

Dans la foulée, dans le cadre d'un travail de diplôme, l'EIC met au point une analyse qui permet de distinguer les vins élevés en chêne de ceux traités avec des copeaux de bois. «Déjà testée avec succès sur des vins d'origine douteuse, cette méthode reste au stade interne, elle ne peut pas encore être utilisée comme outil juridique», précise André Rawyler. «Mais nous travaillons à un gros projet pour élargir notre banque de données et valider le système, qui pourrait être mis à disposition des laboratoires cantonaux.»

Cette analyse basée sur les tanins est la bienvenue, commente Jean-Denis Perrochet. Le président de l'association cantonale des vignerons-encaveurs rappelle que les copeaux sont interdits dans les vins d'appellation neuchâteloise. Les vins importés devraient toutefois être contrôlés plus sévèrement et ceux aromatisés aux copeaux devraient être étiquetés comme tels. /axb

Des chênes en fûts aux fûts de chêne - du vin dans le bois au bois dans le vin: 20 heures, ce soir, au Musée d?histoire naturelle de Neuchâtel.