Des communes bien vivantes en congrès à Bouzillé

02 août 2015, 18:44

Défilé militaire, garden-party à l'Elysée, bals populaires ou feux d'artifice, que l'on soit d'en haut ou d'en bas, on fête le 14 Juillet aujourd'hui en France. Le 129e du nom, puisque le premier remonte à 1880. Une bonne moitié de l'Hexagone est en vacances et vit au rythme des coureurs du Tour, des parties de pétanque sous les platanes et du pastis à l'apéro. Juillet était donc tout indiqué pour y programmer un événement lui aussi incontournable: les Rencontres des communes aux noms burlesques. Bouzillé, commune de 1450 habitants du Maine-et-Loire (à mi-chemin entre Nantes et Angers) en accueillait ce week-end la 7e édition. Trécon, Vatan, Poil, Longcochon et 31 autres villages gaulois aux noms sortis de nulle part ont donc décidé depuis 2003 de faire de leur handicap un atout. Et cela a un certain retentissement puisque l'on parle désormais d'eux à la radio, à la TV, dans les journaux et qu'un livre leur est consacré. Moncuq retrouve ainsi un peu de son honneur perdu par la faute d'une chronique mémorable d'un des potaches de l'équipe du «Petit bout de la lorgnette» de Jacques Martin. Etre célèbre pour son nom ridicule comporte quand même une part d'inconvénients: le maire de Poil, 161 habitants dans la Nièvre, déplore qu'au moins deux fois par an, on lui pique ses panneaux d'entrée et de sortie de commune. L'an prochain, tout ce petit monde est d'ores et déjà invité à venir se pleurer (de rire) dans le gilet à Cassaniouze. En 2011, rendez-vous est pris à Corps-Nuds.