Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Des cartes urbaines adaptées aux malvoyant

19 août 2008, 12:00

Le président de la Confédération, Pascal Couchepin, a ouvert hier à Genève la 7e assemblée générale de l'Union mondiale des aveugles (UMA). Cette conférence se tient tous les quatre ans. Elle se déroule pour la première fois en Suisse.

Près de 500 délégués, venus de 121 pays, participent aux débats. Ce grand rassemblement permet d'échanger des expériences et de se tenir au courant des dernières avancées technologiques qui permettent de faciliter la vie des personnes atteintes de cécité.

Cette année, l'assemblée se penche sur l'intégration sociale des malvoyants. On compte environ 160 millions de malvoyants et aveugles dans le monde. «Vous défendez les intérêts d'une grande nation», a relevé Pascal Couchepin devant l'assemblée. Le président de la Confédération a rappelé qu'il existait encore beaucoup à accomplir pour parvenir à une égalité des chances entre voyants et malvoyants. Selon le conseiller fédéral, l'accent doit être mis en priorité sur le domaine professionnel.

Pour un handicapé, trouver une place de travail participe pour beaucoup à son intégration sociale. Des efforts doivent certes être faits du côté des employeurs, mais la formation demeure l'atout majeur pour décrocher un emploi, a estimé Pascal Couchepin.

L'UMA compte pour sa part sur l'application conséquente de la convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées. La Suisse n'a pas encore signé ce texte. «Il est en cours d'évaluation», a fait savoir Pascal Couchepin. Aller d'un point à un autre dans une ville est souvent synonyme de parcours du combattant pour un aveugle. Consciente du problème, l'Ecole d'ingénieurs de Genève a pour sa part développé des plans urbains en relief, tactiles et sonores.

Cette innovation a été présentée hier à Genève. Pour le moment, ces plans en relief ne sont disponibles que pour la Cité de Calvin. Un projet est en cours pour la ville de Neuchâtel.

Les malvoyants peuvent également s'aider dans leurs déplacements en utilisant une tablette tactile gravée qui représente la cité du bout du Léman. En touchant la tablette, l'aveugle peut obtenir les noms des rues et des carrefours de Genève et se faire ainsi une idée de son itinéraire. / ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias