De la rébellion parfois justifiée des animaux

02 août 2015, 18:44

Les animaux se rebellent. Ils prennent leur revanche sur nous par des comportements étrangement légitimes. Les taureaux espagnols de Pamplune ont célébré la San Fermin à coup de cornes et de sabots ravageurs. De nombreux blessés graves, un mort. Pour une fois, le combat tourne à leur avantage. Peut-on les en blâmer?

Dans le lac Majeur, un sandre de huit kilos pour 70 cm a joué dimanche aux dents de la mer, version eau douce, avec six baigneurs dans les rôles des appâts. Tous mordus, dont deux ont été soignés aux urgences, la mâchoire du poisson ayant entaillé les chairs sur une dizaine de centimètres. Ce sandre - qui n'a pas échappé aux harpons des policiers tessinois - aurait-il été le fier ambassadeur, vengeur des millions de ses semblables, victimes innocentes de la surpêche? Plus récemment chez Mary, son chat a confondu le tapis avec sa litière. Le félin n'a que signifié sa désapprobation à l'approche de deux nouveaux minous dans la famille...

Chez moi, plus qu'une rébellion, j'assiste à une vraie coalition, orchestrée par mon vétérinaire. A coup de grève de la faim et de vomi répandu sur la moquette, Thetys a montré qu'elle n'était pas dupe, qu'on ne lui fait pas le coup des médicaments dissimulés dans la nourriture. Comment lui faire comprendre que c'est pour son bien? Que dans mon logis, les chats sont rois? Ingrate, va! Te venger sur la mauvaise personne