De la mauvaise foi, y compris de la journaliste qui a inventé cette histoire

09 juin 2009, 09:23

- Super idée, merci d'avoir pensé à moi. Ça me brancherait vraiment de t'accompagner. T'as raison, il faut soutenir cette initiative «au boulot à vélo» de ce mois de juin. Mais à mon grand dam, tu penses bien, je vais devoir refuser ton invitation. Trop à faire ces temps au boulot, c'est la crise, tu comprends, il faut faire bonne impression.

- Pardon? Si j'ai toujours ma Béhème? Ben, j'allais quand même pas la balancer à la casse, imagine toute cette énergie grise gaspillée. La revendre? Euh, du moment qu'elle continuerait à rouler, autant que je m'en charge. Et puis entre nous, les véhicules écolo, moi, j'attends de voir... Regarde les agrocarburants, c'était la solution miracle, et maintenant il paraît qu'ils affament le monde. Je ne veux pas être complice d'un tel scandale.

- Comment, on est déjà tous responsable? Même quand je mange mon steak? Tu rigoles, tu voudrais quand même pas que je me prive de ce plaisir inoffensif qui ne remplira de toute façon pas les assiettes vides à l'autre bout de la planète? Quoi, le problème c'est qu'en plus des 8 kg de céréales et des 13 000 litres d'eau qu'il faut pour produire 1 kg de viande, le pet'ane, euh, le méthane, contribue 22 fois plus au réchauffement que le dioxyde de carbone? Tu me connais, je suis pour l'environnement, mais on ne peut tout de même pas renoncer à tout et retourner vivre dans des cavernes.

- Mais je suis entièrement d'accord avec toi, il faut retrouver des vraies valeurs, se contenter de choses simples. D'ailleurs cette année avec ma femme, on a renoncé à partir en vacances à Rio en Airbus. On reste à la maison: on va installer la clim.