De l'inutilité des clignotants

02 août 2015, 18:47

Il en va des clignotants comme de la chasse d'eau. Tout le monde s'en sert, mais ce sont les autres qui en profitent. En soi, les clignotants n'ont donc aucune utilité dans la conduite automobile. Ils n'empêchent pas le sous-virage, ne décollent pas les insectes du pare-brise, les piétons du pare-buffle. Une babiole refourguée d'office avec chaque charrette, au même titre que d'autres gadgets inutiles: le miroir de courtoisie, les warnings ou les freins.

A l'instar de tout ce qui est gratuit, le principe voudrait que l'homo automobilis en use et abuse, jusqu'à transformer le ruban de bitume en piste de danse orangée. C'est le contraire qui se produit. Dans les ronds-points, les bifurcations ou lors des dépassements, on recense peu d'automobilistes victimes de serial clignoteurs, éblouis par leur emploi frénétique des feux de direction.

A se demander d'ailleurs si ces derniers ne sont pas proposés en option sur certains modèles, comme l'était le plafonnier des vénérables Deuches. Et puis c'est connu, les rétifs du clignotant serinent tous la même excuse: «une fois ça marche, une fois ça marche pas.» Bon, on doute également que leur usage parcimonieux soit inversement proportionnel à leur altruisme routier.

Belle démonstration. Las, tout observateur du trafic rappellera sournoisement l'exemple de gauchistes droitisants qui indiquent le contraire de leurs intentions. Quand on vous écrit que les clignotants ne servent à rien.