Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Covid-19: «Nous attendons des actes», paroles de restaurateurs neuchâtelois fâchés

Certains restaurateurs neuchâtelois estiment que les autorités cantonales ne les soutiennent pas assez et que Neuchâtel restreint «de manière illégale» les conditions d’octroi pour les cas de rigueur. Le conseiller d’Etat Jean-Nat Karakash répond.

08 janv. 2021, 18:00
De nombreux cafetiers-restaurateurs neuchâtelois souhaitent que le canton s'engage plus fortement.

L’association «La Douloureuse svp!», qui regroupe plusieurs dizaines de restaurateurs de tout le canton de Neuchâtel, n’a pas vraiment apprécié les propos du conseiller d’Etat Jean-Nat Karakash sur «ArcInfo» ce mercredi.

Le ministre de l’économie souhaitait que la Confédération assume financièrement les conséquences des décisions fédérales de fermeture des établissements publics. Il demandait par ailleurs un assouplissement des critères jugés trop restrictifs lors de l’octroi d’aides pour les cas de rigueur.

A lire aussi: Aide aux entreprises: «La Confédération doit alléger ses critères» (6 décembre 2020).

Dans un communiqué, «La Douloureuse, svp!» relève ainsi que le Conseil d’Etat «n’a pas encore aidé de manière efficace et suffisante les entreprises touchées par la crise lorsque la décision de fermeture en novembre et décembre était de son fait».

Règles durcies par le canton

Concernant l’assouplissement des critères fédéraux, l’association ajoute que les autorités neuchâteloises ont elles-mêmes durci les règles par rapport à...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias