Convaincant, Neuchâtel Xamax regoûte aux joies de la victoire

Grâce, surtout, à une première mi-temps pleine, Neuchâtel Xamax s'est défait de Zurich (3-1) et s'est rassuré avant un sprint final qui promet. Après avoir récolté un bon point à Saint-Gall, Nestor Clausen a conquis sa première victoire à la tête de Neuchâtel Xamax face à un champion toujours incapable de montrer un visage digne de son rang hors de ses terres. Si Bernard Challandes ne se montrait pas tendre avec ses hommes, cela n'enlève rien au mérite de «rouge et noir» qui ont fait ce qu'il fallait pour que le classement autour de la barre se ressert encore plus.

25 mars 2008, 12:00

«Cette victoire est très importante. Elle va surtout nous faire du bien pour la confiance», livrait Nestor Clausen. Ce succès, les Xamaxiens l'ont construit en première période. Steven Lang marquait son premier but en Super League et Joao Paulo débloquait son compteur «rouge et noir» pour asseoir la supériorité neuchâteloise. «Il n'y a rien à redire. Au vu de la première période, Neuchâtel Xamax mérite sa victoire», relevait un Bernard Challandes remonté. «Sur le premier but, nous avons encaissé le même que lors du premier match ici. C'est scandaleux et en plus c'est un joueur de 1,62 m qui marque. Nous avons livré notre pire mi-temps de la saison.»

Zurich s'est un peu réveillé après le thé. Le but de Vasquez a fait reculer les Xamaxiens. «Je suis profondément énervé», reprenait le mentor zurichois. «Nous n'étions pas là dans les duels, pas assez agressifs. L'état d'esprit n'était tout simplement pas bon.» De son côté, Nestor Clausen ne fanfaronnait pas malgré la victoire. «En deuxième période, on a vu que Neuchâtel Xamax avait vraiment besoin de ce succès. Nous avons trop laisser Zurich développer son jeu. La nervosité s'est installée après le but de Vasquez. La peur de gagner s'est fait ressentir, nous avons un peu renoncé à jouer et avons risqué de concéder le match nul.»

Perfectionniste, l'Argentin continue à tracer la route du Neuchâtel Xamax qu'il aimerait voir. «Ce n'est pas encore interdit de jouer de longs ballons, mais ça va le devenir», prévenait-il. «Il faut continuer à construire pour gagner en sérénité dans ce genre de moments, pour réussir à développer notre jeu 90 minutes durant.»

«La victoire de Neuchâtel Xamax ne se discute pas», terminait Bernard Challandes en grommelant. «Nous avons maintenant une semaine pour continuer à travailler», assurait pour sa part Nestor Clausen. Neuchâtel Xamax a retrouvé le goût de la victoire en même temps que le chemin des filets et, malgré le but encaissé, une assise défensive intéressante. Deux matches, quatre points, le Neuchâtel Xamax de Nestor Clausen carbure bien. «Nous pouvons repartir à la maison contents, conscients de nos capacités», terminait Joao Paulo.

La lutte sera âpre, mais le ciel xamaxien s'éclaircit du côté de la Maladière. /EPE

Neuchâtel Xamax - Zurich 3-1 (2-0) Maladière: 4265 spectateurs. Arbitre: M. Bertolini. Buts: 8e Lang 1-0: Le demi jaillit au premier poteau sur un coup de coin de Szlykowicz. Imparable. 36e Joao Paulo 2-0: Merenda remet acrobatiquement pour Lang qui centre pour Joao Paulo. Le Brésilien coupe la trajectoire pour doubler la mise. 71e Vasquez 2-1: Tico remet en cloche dans le paquet. Vasquez tente quelque chose et lobe Zuberbühler, pas tout blanc sur l?affaire. 93e:Szlykowicz 3-1: Merenda se défait de son défenseur sur la droite et sert Szlykowicz. Un contrôle et le Français ajuste Leoni pour assurer les trois points. Changements: Neuchâtel Xamax: 76e: Rak pour Joao Paulo. 79e: Jenny pour Lang. 88e: Coly pour Rossi. Zurich: 24e: Vasquez pour Kondé. 83e: Silvio pour Aegerter. 87e: Ladner pour Lampi. Notes: Neuchâtel Xamax sans Everson, Jaquet, Malenovic, Chihab (blessés) ni Besle (suspendu). Zurich sans Stäubli, Stanic, Djuric, Chikhaoui, de Souza, Schönbächler, Tihinen, Lattmann, Guatelli (blessés) ni Hassli (suspendu). Expulsion: 91e: Vergara (deuxième avertissement). Avertissements:11e: Szlykowicz (jeu dur), 41e: Aegerter (jeu dur), 59e: Vasquez (jeu dur), 63e: Rossi (jeu dur), 85e: Vergara (jeu dur), 89e: Abdi (réclamations). Coups de coin: 6-6 (3-3).