Concilier nature et activités humaines

07 avr. 2008, 12:00

Afin de gérer les conflits d'intérêt qui peuvent survenir entre protection de la nature et activités humaines, le Conseil d'Etat neuchâtelois vient de créer une commission consultative nature-tourisme-sports-loisirs. Présidée par le chef de la Gestion du territoire, Fernand Cuche, elle comprend 15 membres issus des milieux environnementaux, sportifs, touristiques, agricoles, communaux, et des services de l'Etat.

Toutefois, la composition définitive de cette commission, dont le principe avait été révélé fin janvier dans nos colonnes, a soulevé des interrogations. Et elle en soulève encore.

Initialement, la Gestion du territoire pensait accorder un seul siège commun aux propriétaires agricoles et forestiers, et trois aux organisations de protection de la nature.

Or la Chambre neuchâteloise d'agriculture et de viticulture (Cnav) a estimé que cette proportion devait être inversée. Les zones agricoles et les forêts «appartiennent-elles aux organisations écologiques ou aux professionnels gagnant leur vie des activités agricoles et /ou sylvicoles?», se demandait la Cnav.

Au final, la commission comprend un représentant des agriculteurs et un de l'Association forestière neuchâteloise.

Mais aujourd'hui, avec leurs trois sièges (WWF, Pro Natura, Sorbus), ce sont les organisations environnementales qui se sentent «minorisées» par rapport aux milieux touristiques, sportifs, forestiers et terriens, réagit Philippe Hadorn.

Le chargé d'affaires de Pro Natura-Neuchâtel souligne dès lors que cette commission n'aura qu'un rôle consultatif. Autrement dit, ces séances de concertation ne muselleront pas les écologistes et ne les empêcheront pas de recourir ensuite à la voie juridique pour s'opposer à des projets qui ne leur conviendraient pas.

Au vu de ces différentes positions, on peut s'interroger sur le climat dans cette commission et sur son utilité. Le Conseil d'Etat souligne que sa création répond à un postulat du député Claude Borel (PS).

Premier dossier prévu: l'utilisation des futurs périmètres de protection du grand tétras et du reste de la faune sauvage lors de manifestations sportives. Fernand Cuche espère une solution concertée encore ce printemps. /axb