Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Cinq ans pour le chef du gang

Accusés du vol d'une soixantaine de voitures de luxe, cinq prévenus ont été condamnés hier par la Cour d'assises neuchâteloise. Deux ont obtenu le sursis. Participation à une organisation criminelle pas retenue Une bande internationale, certes, travaillant de manière professionnelle et ayant réalisé un chiffre d'affaires important (six millions de préjudice), mais pas une véritable organisation criminelle: c'est ainsi que le président de la Cour d'assises neuchâteloise, Niels Soerensen, a dépeint le gang des voleurs de voitures qui comparaissait depuis mercredi, accusé d'avoir dérobé une soixantaine de véhicules de luxe dans des garages de toute la Suisse (lire notre édition d'hier).

08 sept. 2006, 12:00

Mais si la prévention d'organisation criminelle a été abandonnée, la culpabilité des accusés a été jugée lourde, hier soir, à l'heure du jugement, bien qu'ils ne s'en soient pris «qu'aux biens, et non aux personnes», a relevé la cour. Trois des cinq trafiquants retournent donc en prison. Deux ont obtenu le sursis.

Considéré comme le chef de la bande, P. écope de cinq ans de réclusion, dont il faut déduire près de 800 jours de préventive. «Il avait indiscutablement un rôle dirigeant, du moins en Suisse», constate Niels Soerensen. C'est aussi P. qui a le plus grand nombre d'infractions à son actif: 24 vols et tentatives. Mais sa collaboration exemplaire durant l'instruction lui a valu une peine inférieure aux sept ans que réclamait le Ministère public. Quant à la lenteur de la procédure, critiquée par la défense, le tribunal a estimé qu'elle n'était pas choquante au point de justifier une réduction de la peine.

Une chance au plus jeune

Deux autres prévenus n'échappent pas aux geôles: les lieutenants et sous-lieutenants de P., pour autant qu'il y ait eu une véritable hiérarchie des rôles, sont condamnés à quatre ans et quatre ans et demi de réclusion (moins la préventive). Et si le moins coupable des cinq a bénéficié assez facilement du sursis (16 mois) en raison du rôle secondaire qu'il a joué dans l'affaire, la cour a longuement étudié le cas du cadet de la bande, 24 ans, condamné finalement à 18 mois avec sursis. Une peine «trop faible» par rapport aux autres condamnations, a indiqué la cour. Qui l'a justifiée par l'âge du prévenu, estimant nécessaire de lui «offrir une chance». C'est donc libre que le jeune homme a pu repartir au volant de sa petite Mercedes décapotable...

Les cinq hommes ont été condamnés à des expulsions (fermes pour les trois premiers) du territoire suisse. Mais le nouveau Code pénal suisse ayant renoncé à cette mesure, c'est tout symboliquement qu'elle a été prononcée. Presque aussi symboliques, d'ailleurs, les condamnations des accusés aux frais de la cause: 86.000 francs, dont 25.000 à charge de P. Circulez! / FRK

Votre publicité ici avec IMPACT_medias