Céline Vara élue vice-présidente des Verts suisses: "Nous sommes les seuls à défendre le bien commun"

Céline Vara est vice-présidente des Verts suisses. La députée neuchâteloise a été élue ce samedi matin lors de l’assemblée des délégués du parti à Olten.

05 mai 2018, 14:27
/ Màj. le 06 mai 2018 à 15:45
Céline Vara, quittera la présidence des Verts neuchâtelois à la fin du mois d'août.

C’est fait. La députée écologiste neuchâteloise Céline Vara a été élue à la vice-présidence des Verts suisses lors de l’assemblée des délégués du parti ce samedi matin à Olten (SO).

La vice-présidence se compose de six personnes. Aux côtés de la Neuchâteloise on trouvera Gerhard Andrey et Lisa Mazzone, sortants, Florence Brenzikofer (députée BL), Luziano Franzini (co-président des Jeunes Verts suisses) et Thomas Schwager (président des Verts de Saint-Gall, député). La présidence reste entre les mains de Regula Rytz, réélue par acclamation.

Reconnaissante

Contactée le lendemain de son élection, l’avocate de Cortaillod a d’abord tenu à exprimer sa «reconnaissance aux Verts neuchâtelois», qui l’ont soutenue et travailler à convaincre les autres sections romandes à la porter à la vice-présidence.

Même s’il n’y a pas encore eu de répartition formelle des tâches entre les six, Céline Vara sait déjà qu’elle aura à œuvrer, dans sa région, sur les dossiers jugés prioritaires par les Verts suisses.

«Nous voterons en septembre sur notre iniative «Fair food» pour des aliments équitables. Nous devrons convaincre les électeurs du bien-fondé de notre texte. Et puis, avec Lisa (réd: Mazzone, conseillère nationale genevoise), nous allons entamer notre travail en vue des élections fédérales de 2019. Mon credo est clair; plus nous avons d’élus, plus y a de politique verte. Vous savez, on reproche parfois aux Verts d’être un parti d’intellectuels urbains, mais nous sommes les seuls à défendre le bien commun.»

Candidate au National?

Céline Vara remettra son mandat de présidente des Verts neuchâtelois pour la fin du mois d’août. Elle a occupé ce poste deux ans durant. Le nouveau président cantonal sera connu au terme de l’assemblée générale du parti le 29 août. Quant à une éventuelle candidature au Conseil national l'an prochain, elle ne cache pas son intérêt. «Mais aller chercher ce siège en 2019 sera extrêmement difficile.»