Briser le cercle

09 juin 2009, 09:18

Il y a des paris que l'on préférerait perdre, mais c'est désormais quasi sûr: la barre des 5000 chômeurs sera franchie avant l'automne à Neuchâtel. On s'achemine vers un taux de plus de 6% en 2010, du jamais vu depuis le milieu des années 1990.

A un mois des vacances d'été, elle fait mal, la gifle reçue en mai! Car même si ce bond du chômage de 5% à 5,5% s'explique notamment par des facteurs administratifs, il montre que la crise frappe désormais tous les secteurs de l'économie. L'industrie d'exportation est toujours au premier rang (avec 9,8% de chômage dans l'industrie horlogère, selon le Seco), mais le marché intérieur est lui aussi touché: commerce de détail, assurances, soins, nettoyage, chacun peut, désormais, craindre pour son emploi. De quoi alimenter la sinistrose, stopper l'acte d'achat et accélérer le cercle vicieux de la récession.

Il faudra bien pourtant qu'il se brise, ce cercle, en 2010 ou plus tard. Car si aujourd'hui des voix s'élèvent pour réclamer une autre économie, basée sur de nouvelles règles, plus éthiques, qui ne laisseraient plus de place aux bulles spéculatives et aux valeurs immatérielles, aucun vrai modèle n'a été encore proposé qui pourrait remettre sur pied ceux que la crise vient d'abattre. Et qui risquent d'en être victimes deux fois si la révision de l'assurance chômage est acceptée par les Chambres.

Un troisième paquet de relance s'impose-t-il? Peut-être. Un pari ambitieux, ciblé et lancé au bon moment, pourrait avoir un impact fort sur la confiance des Suisses et sur leur foi en l'avenir. Et ce pari-là, il n'est pas du tout sûr qu'il sera perdu.