Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Bovet, enseignant clandestin

L'organiste neuchâtelois reçoit le titre de docteur honoris causa de l'Université de Varsovie.

27 juin 2012, 00:01
data_art_6166410.jpg

En Pologne, avant la chute du Mur, l'enseignement académique laissait peu de place à une pédagogie innovante, et c'est au nez et à la barbe des instances universitaires que l'organiste Guy Bovet enseigna, entre 1986 et 1995, dans une modeste école de musique de Varsovie. L'université de la capitale, qui voyait là une mise en danger de son enseignement traditionnel, interdisait à ses étudiants d'assister aux cours du Neuchâtelois. "Ils venaient en cachette, de même que certains professeurs ", glisse Guy Bovet qui, quelque vingt ans plus tard, vient de recevoir le titre de docteur honoris causa de cette même université: " Cette reconnaissance tardive est extraordinaire de la part d'une institution officielle ; c'est tout à son honneur. Avec l'évolution de l'enseignement, elle s'est rendu compte que mes cours avaient influencé toute la manière de penser et de jouer de l'orgue en Pologne ", explique simplement le lauréat.

Pour...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias