Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Battu par Massagno, Union a épuisé son droit à l'erreur

En l'absence d'Aymeric Collignon, Union a manqué une belle occasion de se rapprocher des premiers au classement. Massagno a fait la course en tête pendant tout le match et s'est imposé logiquement à la Riveraine (77-60). «Nous voulons terminer la saison régulière parmi les trois premiers. Pour ce faire, puisque nous avons perdu quatre matches au premier tour, nous ne pouvons nous permettre qu'une seule défaite au second», affirmait Stefan Rudy, directeur technique d'Union. Après la déconvenue à domicile face à Massagno de samedi, les Neuchâtelois n'ont donc plus le droit à l'erreur.

04 févr. 2008, 12:00

Il faut dire que les locaux ont abordé cette partie face à l'un des ténors du championnat sans leur entraîneur . Aymeric Collignon, en raison d'une grave maladie dans sa famille, a été retenu en France et Herb Johnson, pour la première fois de sa carrière, s'est retrouvé en position de «head coach». «Je n'ai appris la nouvelle que vendredi soir», affirme l'Américain. «Je ressentais une grosse pression. Alors j'ai fait en sorte que ma fille de deux ans assiste au match. Il me suffisait de la regarder pour retrouver la sérénité.»

La présence du bambin n'a cependant pas suffi. Non pas que l'entraîneur néophyte ait commis de grosses erreurs, mais il a été incapable de modifier le cours d'une partie qui avait immédiatement pris un mauvais pli (0-8). «Notre équipe est jeune et elle a ressenti davantage l'importance de l'enjeu que nos adversaires, plus expérimentés. D'où une certaine crispation», expliquait Herb Johnson

Il est vrai que Massagno a fait preuve d'une maîtrise collective impressionnante. Les Neuchâtelois affichaient un déchet bien trop important au tir (é peine 33% de réussite à deux points!) pour espérer s'en sortir. Ce d'autant que Kaiser et Geiser, de retour de blessure, n'évoluaient logiquement pas à leur meilleur niveau. Pour ne rien arranger, Union abordait le dernier quart avec quatre joueurs à quatre fautes, ce qui compliquait singulièrement le jeu de défense.

Pourtant, le «miracle» a failli se produire. A quelques six minutes du terme, Stefan Berther, maladroit au possible jusque-là (il avait raté ses sept premières tentatives à deux et à trois points) enchaînait deux paniers primés. Dans la foulée, Ted Morris manquait en contre deux tirs d'une facilité déconcertante qui auraient pu permettre aux Unionistes de revenir à trois longueurs. «A ce moment», confirmait Herb Johnson, «il était évident que nous avions laissé passer notre chance.» Il faudra impérativement saisir les prochaines. / ESA

UNION NEUCHÂTEL - MASSAGNO 60-77 (13-25 18-19 16-16 13-17) Riveraine: 400 spectateurs. Arbitres: MM. Knuesli et Castro. Union Neuchâtel: Geiser (8), Berther (8), Kaiser (16), Engel (14), Morris (10); Abaksoumbatian (2), Munari (0), Haenni (2), Ceresa (0), Grigorov (0). Massagno: Lewis (18), Stevens (4), Balletta (14), Belegotti (11), F
Votre publicité ici avec IMPACT_medias