Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Bâle - YB, la «finale» qui attire toutes les attentions

11 mai 2008, 12:00

Pour la troisième fois déjà de la décennie, le championnat de Super League aura droit à une véritable finale lors de la dernière journée. Ce samedi au Parc St-Jacques, le FC Bâle et les Young Boys s'affrontent avec comme enjeu le titre. Un nul suffit au FCB pour être sacré une douzième fois.

Le dernier des 38 500 billets pour cette rencontre a été vendu il y a vingt jours. Comme en 2001 avec la victoire de St-Gall contre les Grasshoppers et en 2006 avec le succès arraché dans le temps additionnel par Zurich à Bâle, le suspense sera total. Avec deux formations qui ont alterné le chaud et le froid ces dernières semaines, le pronostic est difficile. Les statistiques parlent pourtant en faveur du FCB. Le dernier succès des Young Boys à Bâle remonte en effet à novembre 1994.

Le souvenir du but de Iulian Filipescu à la 93e minute il y a deux ans n'a pas fini de hanter les nuits de Christian Gross. Ce but du Roumain a coûté très cher au FCB. Le club a dû faire une croix sur le tour préliminaire de la Ligue des champions alors qu'il était assuré d'un rang de tête de série et avait également dû jouer plusieurs matches à huis clos en raison des débordements de ses supporters. «Contre Zurich, nous avions davantage pensé au titre qui nous était promis qu'au match que nous devions jouer, souligne Daniel Majstorovic, qui livrera samedi sa dernière rencontre sous les couleurs du FCB. Nous ne commettrons pas deux fois la même erreur!»

Depuis vingt-deux ans, les Young Boys courent derrière ce titre de champion dont la conquête susciterait un énorme enthousiasme à Berne. «Je suis conscient de l'attente qui existe en ville, reconnaît l'entraîneur Martin Andermatt. Mais nous avons su, je crois, bien gérer durant la saison cette pression nouvelle.»

Martin Andermatt prie sans doute que ses deux canonniers Hakan Yakin (24 buts) et Thomas Häberli (18) soient toujours inspirés samedi soir. Il espère également que Xavier Hochstrasser, l'une des grandes révélations de la saison, sera apte à tenir sa place en ligne médiane. Le Genevois a été touché mardi contre GC. Une décision quant à son alignement sera prise samedi matin.

Jouer cette «finale» ne peut être que du bonus pour Martin Andermatt. Il fut sous le feu nourri des critiques au début de l'automne après cinq matches sans victoire et deux défaites 5-1 contre Lens et Zurich. Le Zougois n'oublie pas aussi que le FCB a viré en tête à la trêve avec six points d'avance.

«YB n'a plus gagné à Bâle depuis bientôt 14 ans. Mais je veux croire en notre étoile, explique-t-il. Avant cette saison, YB ne s'était plus imposé à Sion depuis 1986. Or nous avons remporté nos deux matches à Tourbillon.» Meilleure attaque du pays, la formation bernoise a inscrit 34 buts cette saison à l'extérieur. «Etre dans l'obligation de gagner n'est pas une mauvaise chose, affirme Thomas Häberli. Nous n'aurons aucun calcul à faire, juste jouer notre jeu.» / si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias