«A bulletin égaré», l’air du temps d’Antoine Willemin

Malgré quelques problèmes lors du dépouillement des élections communales neuchâteloises, les résultats sont finalement arrivés dans les 24 heures. En sera-t-il de même la semaine prochaine aux Etats-Unis, ou voter peut être un vrai parcours du combattant?
27 oct. 2020, 05:30
AirDutemps-AntoineWillemin

Bon, les bulletins de vote des élections communales neuchâteloises ont finalement tous été comptés, au prix d’une petite frayeur, certes. Neuchâtel se serait bien passé d’un cafouillage de la sorte, mais mine de rien, ça aurait pu être bien pire. 

Dans une semaine, des millions d’Américain(e)s se rendront aux urnes pour élire président, vice-président(e) et membres du Congrès. Enfin, pour être exact, le vote a commencé depuis belle lurette: aux Etats-Unis, on peut facilement voter en avance ou par correspondance… A condition de vivre au bon endroit.

Voter en personne sera plus difficile dans un comté plus défavorisé, où les bureaux de vote seront plus rares, et où vous devrez faire la queue pendant plusieurs heures. Et le vote par correspondance sera plus aisé dans l’Oregon démocrate – où il est la norme, comme en Suisse – qu’en Géorgie en mains républicaines.

Et même si vous votez dans un bastion de gauche, encore faut-il que votre bulletin arrive à bon port malgré le sabotage du service postal par l’administration Trump: ma chère et tendre attend encore que le sien, parti de Suisse le 29 septembre, arrive à Chicago…

Pas d’inquiétude, toutefois. Dans l’Illinois, pour autant qu’ils aient été envoyés au plus tard le jour de l’élection, les bulletins par correspondance reçus jusqu’à deux semaines après celui-ci sont comptabilisés. De quoi donner des sueurs froides aux chancelleries neuchâteloises.

Antoine Willemin