Zimbabwe: importations de fruits et légumes interdites, faute d'argent

La grave crise économique qui frappe le Zimbabwe oblige le gouvernement à un choix drastique: stopper l'importation de fruits et légumes au profit d'engrais et pesticides.
17 oct. 2017, 13:33
"Les devises étrangères gaspillées pour l'importation de carottes et raisins vont désormais être utilisées pour l'achat de davantage d'engrais et pesticides", a expliqué le ministre de l'Agriculture Joseph Made.

Le Zimbabwe a interdit les importations de fruits et légumes. Le pays veut ainsi économiser ses devises devant l'aggravation de la crise économique, a rapporté mardi un quotidien pro-gouvernemental.

Le ministre de l'Agriculture Joseph Made a déclaré au Herald que le président Robert Mugabe avait demandé de faire cesser les importations de ces produits "car ils gaspillent les devises étrangères dont nous avons grand besoin". "Cela veut dire que l'importation des fruits et légumes va être stoppée immédiatement", a-t-il ajouté.

"Les devises étrangères gaspillées pour l'importation de carottes et raisins vont désormais être utilisées pour l'achat de davantage d'engrais et pesticides", a-t-il expliqué.

Devant l'hyperinflation, le Zimbabwe avait abandonné en 2009 sa propre monnaie pour utiliser le dollar américain. Mais il a commencé à manquer de dollars et a dû introduire l'an dernier des "billets d'obligation", une monnaie alignée sur le billet vert. Ces "bond notes" sont également venus à manquer, obligeant les banques à limiter les retraits en liquide.

Le gouvernement a accusé les changeurs clandestins qui organisent le marché noir d'être responsables du manque de liquidités et de denrées de base.

Le ministre de l'Agriculture n'a pas précisé combien de temps serait interdite l'importation de fruits et légumes, déclarant seulement que pour le moment le Zimbabwe devrait compter sur sa propre production.

Le pays a été jadis un exportateur net de produits agricoles, mais la redistribution de terres cultivées par des Blancs au bénéfice de populations noires a désorganisé la production dans les années 2000.