Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Vogel ne veut plus rejouer en Suisse

30 oct. 2007, 12:00

Johann Vogel (30 ans) vit la pire année de sa carrière. Viré de l'équipe de Suisse en mars, suspendu par son club (Betis Séville) quelques mois plus tard, le Genevois aux 94 sélections ne baisse cependant pas les bras. Il souhaite rompre au plus vite le contrat le liant au club sévillan. «Cette situation est très difficile à vivre depuis juillet», lâche Johann Vogel. «Je n'ai plus le droit de m'entraîner. Nous nous retrouverons devant le juge avec le Betis à la mi-novembre. J'ai déposé deux plaintes. Les Espagnols contre-attaqueront le 8 janvier.»

Mais de quoi retourne-t-il exactement? «Je n'ai pas reçu mon salaire de l'année dernière», explique Vogel. «C'est la goutte qui a fait déborder le vase. Le club ne respecte pas les termes de mon contrat en m'empêchant de m'entraîner. J'exige que mon contrat (réd: valable jusqu'en 2009) soit dissous.»

Pour l'instant, Johann Vogel a choisi de rester en Espagne, car sa famille et lui disent apprécier énormément ce pays. A défaut de football, il fait beaucoup de jogging pour rester en forme. «J'ai dû faire face à de nombreux coups durs en 2007», reconnaît-il. «Mais les nombreuses belles années que j'ai vécues au préalable compensent ces aspects négatifs.»

Questionné sur les contacts qu'il aurait encore avec des membres de l'équipe de Suisse, Johann Vogel ne fait pas de mystère: «Oui, naturellement. Pourquoi pas? Mais j'ai pris mes distances ces derniers mois. Je n'ai pas regardé de matches à la télé en dehors des 20 dernières minutes de la rencontre face aux Pays-Bas. L'intérêt n'est plus le même lorsqu'on se retrouve à l'écart du monde du football.»

Au fait, Vogel songe-t-il à un retour en équipe de Suisse? «Il ne sert à rien de parler de cela, ça n'a aucun sens», répond-il. «Et je ne veux plus parler non plus de Köbi Kuhn.» Quant à son retour en championnat de Suisse ou aux Pays-Bas, il n'est pas d'actualité. «Je ne rejouerai plus en Suisse en tant que professionnel» souligne-t-il. «J'ai vécu de grands moments avec Grasshopper. Nous avons disputé la Ligue des champions, remporté des titres. Ce sont de beaux souvenirs. Mais la motivation me manque pour vivre une nouvelle expérience dans mon pays. Et je ne pense pas non plus rejouer aux Pays-Bas.»

Avec le recul, Vogel ne considère pas son transfert à l'AC Milan, en 2005, comme une erreur. «Au contraire», coupe-t-il, «ce fut la plus belle expérience de ma carrière! Ensuite, j'ai voulu quitter Milan parce que j'avais le sentiment que je ne jouerais plus beaucoup après le titre mondial remporté par l'Italie. Il aurait été difficile de ne disputer que 23 matches pendant une deuxième saison d'affilée. C'est pour cela que j'ai tenté l'aventure espagnole.»

Même si elle est bloquée pour l'instant, la carrière de Johann Vogel n'est pas terminée pour autant. «J'ai 30 ans et mon heure n'est pas encore venue. Mon but est de retrouver les pelouses. Je travaille pour cela et reste positif. La patience paie parfois», glisse-t-il en guise de conclusion. / si-ech

Votre publicité ici avec IMPACT_medias