Vagues de chaleur en augmentation, plan canicule recommandé

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation météorologique mondiale (OMM) ont annoncé mercredi que la fréquence et l'intensité des vagues de chaleur allaient augmenter "en raison du changement climatique". Elles recommandent que tous les pays adoptent des plans canicule.
25 août 2015, 16:08
"Les vagues de chaleur deviennent plus fréquentes et plus intenses en raison du changement climatique", a expliqué la porte-parole de l'OMM Clare Nullis.

La fréquence et l'intensité des vagues de chaleur vont augmenter, ont averti mercredi l'OMS et l'OMM. Les deux agences de l'ONU recommandent que tous les pays adoptent des plans canicule et des systèmes d'alerte pour prévenir des conséquences fatales.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation météorologique mondiale (OMM) ont uni leurs efforts pour développer des recommandations à l'usage des autorités. Le manuel de 80 pages détaille les conséquences sur la santé des vagues de chaleur et plaide en faveur de systèmes d'alerte canicule.

Ces plans canicule et systèmes d'alerte doivent renforcer la préparation des pays en cas de vague de chaleur, envoyer les messages préventifs à la population ou encore placer les hôpitaux en alerte face à un éventuel afflux de patients.

"Les vagues de chaleur deviennent plus fréquentes et plus intenses en raison du changement climatique", a expliqué la porte-parole de l'OMM Clare Nullis.

Elle a cité les exemples récents du Pakistan, où la canicule qui frappe le sud du pays a fait plus de 1200 morts, après celle qui a fait près de 2000 morts dans l'Inde voisine il y a un mois. Elle a rappelé aussi les vagues de chaleur en Europe en 2003, responsable de la mort prématurée de plusieurs dizaines de milliers de personnes, et en Russie en 2010.

Les risques peuvent être réduits

La bonne nouvelle est que les risques pour la santé liés à la chaleur peuvent être réduits grâce au développement systématique de systèmes d'alerte précoce, soulignent l'OMS et l'OMM. Les deux agences espèrent que leurs recommandations agiront comme "un catalyseur" pour coordonner les efforts de tous les acteurs afin de mieux gérer les conséquences de la chaleur considérée comme un danger.

L'Europe de l'Ouest est actuellement frappée par une canicule précoce. Elle devrait durer plusieurs jours avec des risques pour la santé des personnes les plus fragiles et les personnes âgées et des épisodes de pollution atmosphérique.

Du Portugal au Royaume Uni en passant par l'Espagne, la France, la Belgique, les Pays-Bas, la Suisse ainsi que le nord de l'Italie, le thermomètre ne devrait pas descendre sous les 30°C, avec souvent des pics autour de 40°C.