Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Une ruche de verre et de béton

05 sept. 2016, 01:15
DATA_ART_10444191

A peine sorti du rutilant terminal dessiné par Norman Forster, le voyageur en nage n’aura qu’une hâte: gagner au plus vite le prochain espace climatisé, celui d’un bus, d’un taxi ou de la très efficace Express Line, métro reliant en quarante minutes l’île aéroportuaire au cœur de la mégapole. Isolé de la touffeur tropicale, sa première vision sera celle d’une forêt de totems locatifs érigés sur ce qui, manifestement, fut une jungle. De cette végétation ne subsistent que quelques reliquats.

Voici donc le lieu où tant d’aventuriers – majoritairement anglais – firent transiter leurs cargaisons d’opium, suivis par tous les papillons du business planétaire, irrésistiblement attirés vers ce phare asiatique. Bienvenue sur un lopin condamné à la verticalité pour loger ses 7,23 millions d’insectes butineurs! La bonne idée: grimper sur Victoria Peak pour le saisir à 360°. On rejoindra plus tard quelque bar haut perché pour s’émerveiller nuitamment du scintillement...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias