Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Une romancière, un grand reporter

Nancy Huston reçoit le prix Femina pour son roman «Lignes de faille». Le Médicis va à Sorj Chalandon pour «Une promesse» Le prix Femina 2006 a été attribué à Nancy Huston pour son roman «Lignes de faille» (Actes Sud), tandis que le journaliste Sorj Chalandon a obtenu le prix Médicis 2006 pour «Une promesse» (Grasset).

31 oct. 2006, 12:00

Née en 1953 au Canada et vivant en France depuis les années 1970, Nancy Huston a publié son premier roman en 1981 intitulé «Les variations Golberg». Romans, essais, livres pour enfants: elle est l'auteur d'une vingtaine de livres aussi bien en français qu'en anglais, se traduisant elle-même.

«Variations romanesques»

Son dernier roman, «Lignes de faille», s'articule en quatre parties. La première histoire est celle d'un petit garçon de 6 ans, elle se déroule en 2002 aux Etats-Unis, la seconde partie à lieu en 1982 au Liban où le narrateur est le père du petit enfant de la première partie. La troisième histoire concerne la grand-mère du petit garçon, l'histoire se déroulant en 1962 en pleine guerre froide. Enfin, la dernière histoire est celle de l'arrière-grand-mère et se déroule à Munich en 1944.

La romancière montre «dans ces variations romanesques, comment les événements de l'Histoire qui indignent, effraient ou partagent leurs parents ont de très fortes répercussions dans leur être, détermineront peut-être pour toujours leurs sympathies, leurs peurs, leur façon de réagir devant les choses, leur manière de continuer à aimer, ou non, le monde», écrit le ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres dans un message de félicitations.

Le prix Médicis a par ailleurs été remis à Sorj Chalandon. L'écrivain a débuté en 1973 au journal «Libération» comme dessinateur, puis comme monteur en pages et enfin journaliste. Il a ensuite été grand reporter au Liban, en Iran, en Irak, en Somalie et en Afghanistan. Il a reçu le prix Albert-Londres en 1988 pour ses reportages sur l'Irlande du Nord et sur le procès de Klaus Barbie. Son premier livre «Le petit bonzi», publié en 2005, a été un succès de librairie.

Polémique

La remise des prix a par ailleurs été marquée par une petite polémique dont le monde de l'édition a le secret. La romancière Madeleine Chapsal ne participera plus au jury Femina, en ayant été exclue pour des propos jugés diffamatoires dans son livre «Journal d'hier et d'aujourd'hui». Elle y critique les délibérations au sein du jury. «Nous sommes à une époque où la liberté de parole est de plus en plus capitale. J'ai dit des petites choses dans mon journal, pas très graves (...) Mais les autres membres du jury n'ont pas très bonne conscience», a commenté la romancière.

Son amie Régine Deforges a claqué la porte du jury Femina par solidarité. «Nous, on est très, très en colère. Mon amie Madeleine Chapsal a été exclue pour avoir écrit dans son journal des propos jugés diffamatoires par ces dames (...) Parce que je trouve qu'il s'agit de censure, je me retire, je ne donne même pas ma démission», a ajouté l'auteure de «La bicyclette bleue». / ap

Votre publicité ici avec IMPACT_medias