Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Une négociation ardue en vue

Lombardie et Vénétie ont voté en faveur d’une plus grande autonomie.

24 oct. 2017, 01:46
epa06284119 Luca Zaia, President of northern Italy's Veneto region, talks after the Referendum on the Autonomy of Lombardia and Veneto Regions, at Balbi Palace in Venice, northern Italy, 23 October 2017. The Veneto regional council said 98.1 percen of people voted Yes  in the non-binding autonomy referendum. It said the turnout was 57.2% after 2,328,949 took part.  EPA/Riccardo Gregolin ITALY REGIONAL AUTONOMY REFERENDUM

La Ligue du Nord a finalement remporté son pari. Du moins en Vénétie où le «oui» à l’autonomie l’a emporté, dimanche, avec 98% de voix et 52% de participation. En Lombardie en revanche, la participation est nettement plus faible: seuls 38% des électeurs se sont exprimés. Mais là encore, le «oui» est passé avec 95,3% des suffrages.

Alors que les soutiens au référendum le qualifient de «victoire écrasante de la démocratie», les gouverneurs de deux régions concernées exultaient hier en parlant de «big bang». La nature et l’ampleur de cette autonomie doivent désormais être négociées avec Rome, qui se dit prête à négocier, mais pas sur le terrain de la fiscalité. Un dossier qui est pourtant le plus important pour la Ligue du nord.

Davantage de pouvoir

«J’ai voté oui pour donner davantage de pouvoir à la Vénétie dans une future Italie plus forte et plus fédérale. Non aux...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias