Une lettre d'Albert Einstein où il réfute l'existence de Dieu mise aux enchères pour plus d'un million de dollars

En 1954, Albert Einstein écrit une lettre, en allemand, au philosophe Eric Gutkind. Il y réfute toute croyance religieuse. Elle sera mise aux enchères en décembre pour plus d'un million de dollars.

10 oct. 2018, 13:31
Albert Einstein a écrit beaucoup de lettres qui ont été vendues pour des sommes considérables.

En décembre, la maison Christie's de New York proposera à la vente un manuscrit du génie de la physique. Son estimation est exceptionnelle. Dans cette missive adressée au philosophe Eric Gutkind, le savant affirme qu'il n'est ni croyant ni religieux.

C'est une lettre en forme de testament spirituel, écrit Le Figaro. Et sa valeur financière va probablement égaler son importance métaphysique. En 1955, un an avant sa mort, Albert Einstein y livrait sa pensée sur l'existence de Dieu. Le manuscrit, touchant à sa conception de la religion et du sens de la vie va être mis aux enchères à New York le 4 décembre. Pour un montant exceptionnel estimé entre 1 et 1,5 million de dollars, a indiqué la maison Christie's.

 

 

Dans cette lettre de 1954, écrite en allemand à l'adresse du philosophe Eric Gutkind, le plus grand physicien du XXe siècle, qui était d'origine juive et avait fui l'Allemagne d'Hitler, réfute toute croyance religieuse. «Le mot Dieu n'est pour moi rien d'autre que l'expression et le produit des faiblesses humaines, et la Bible un recueil de légendes vénérables mais malgré tout assez primitives», écrit, catégorique, Albert Einstein depuis l'université de Princeton en avril 1955.

Dans cette lettre, il réfute toutes ces interprétations qui visent à faire dire au texte ce qu'il ne possède pas par lui-même. «Pour moi, la religion juive, comme toutes les autres religions, est une incarnation de la plupart des superstitions primaires.» Un point de désaccord avec son destinataire, qui professe le contraire dans Choisis la vie: l'appel biblique à la révolte. Ouvrage qu'il avait envoyé au père de la théorie de la relativité pour recueillir son avis.

«Le peuple juif, auquel j'appartiens volontiers et avec lequel j'ai une profonde affinité en ce qui concerne la mentalité, n'a pas pour moi de qualités différentes de toutes les autres personnes», explique Albert Einstein qui ne croit pas à la notion de «peuple élu». Une déclaration d'autant plus sensible qu'elle intervient quelques années après la naissance de l'État d'Israël, qu'il soutint mais dont il craignait les dérives expansionnistes.

Le savant ne veut pas s'attarder plus longtemps sur ces désaccords avec le philosophe. Il conclut: «Je pense que nous nous comprendrions tout à fait si nous parlions de choses concrètes».

«C'est l'une des déclarations les plus catégoriques dans le débat sciences contre religion», a rappelé à l'AFP Peter Klarnet.