Réservé aux abonnés

Une biologiste japonaise accusée de fraude et de plagiat

Auteur d'une recette révolutionnaire pour reprogrammer les cellules, Haruko Obokata a triché, selon un jury.
07 août 2015, 13:34
data_art_7945411.jpg

Au Japon, certains voyaient cette jeune chercheuse de 30 ans comme un futur prix Nobel pour ses travaux sur les cellules souches. Avec son minois de collégienne innocente, Haruko Obokata vient de provoquer un séisme dans la communauté scientifique nipponne.

La biologiste de l'éminent institut Riken est accusée par un comité d'enquête de plagiat, manipulation d'illustrations et fraude sur ses données expérimentales.

Haruko Obokata est l'auteure principale d'un article très remarqué, paru le 29 janvier dans la prestigieuse revue scientifique "Nature".

Elle y décrivait sa méthode, révolutionna...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois