Un choc entre trains fait au moins 18 morts

Une terrible collision entre deux trains a fait au moins 18 morts et 125 blessés hier en Belgique. Le bilan pourrait s'alourdir.

16 févr. 2010, 12:00

Deux trains de voyageurs sont entrés hier en collision frontale près d'une gare de la banlieue de Bruxelles faisant, selon un bilan officiel encore provisoire, 18 morts et 125 blessés. C'est l'une des plus terribles catastrophes ferroviaires en Belgique.

Les secouristes ont retiré les corps de quinze hommes et trois femmes, alors que les opérations de dégagement se poursuivaient, a précisé le gouverneur du Brabant flamand, Lodewijk De Witte. L'accident a également fait 125 blessés dont onze sont dans un état très grave, a-t-il ajouté.

Après s'être surtout occupés des blessés, les services de secours ont commencé dans l'après-midi à dégager les corps bloqués dans les amas de ferraille, ont indiqué les pompiers.

«Le choc a été effroyable, ça a été terrible», a raconté une rescapée, blessée au bras. Les deux motrices se sont encastrées et soulevées. Des wagons ont été renversés. L'accident a eu lieu vers 8h30 en pleine heure de pointe, près de Hal, dans la banlieue de Bruxelles, en Flandre.

«Les deux premières voitures ont été complètement écrasées. J'étais dans la voiture suivante. le train s'est couché sur le côté, les gens sont tombés les uns sur les autres, on ne pouvait plus respirer et les femmes et les enfants criaient», a raconté un autre passager.

Un des trains n'a pas respecté un signal d'arrêt et a percuté l'autre train, à grande vitesse. Une enquête a été ouverte pour révéler les causes de l'accident.

Les deux trains transportaient au total entre 250 et 300 voyageurs, a indiqué un responsable de la Société nationale des chemins de fer belges SNCB. «Il y a des morts et des blessés dans les deux trains», a-t-il dit.

La ministre belge des Entreprises publiques, Inge Vervotte, a expliqué qu'il était difficile de connaître le nombre exact de victimes en raison de l'ampleur de la catastrophe.

Un des trains assurait la liaison Quiévrain-Liège. L'autre, qui l'a percuté, venait de Louvain, en Flandre, et se dirigeait vers Braine-le-Comte.

Le premier ministre belge Yves Leterme, en tournée dans les Balkans, a annulé sa visite et annoncé son retour précipité. Il était attendu sur les lieux en milieu d'après-midi. Le roi des Belges, Albert II, est également attendu sur place.

L'ensemble du trafic, y compris les TGV reliant Paris à Bruxelles, a été suspendu. Eurostar a précisé que ses liaisons avec la Grande-Bretagne étaient également interrompues.

C'est la catastrophe ferroviaire la plus grave dans le pays depuis un déraillement qui avait également fait 18 morts, en 1974. /ats-afp