Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Un ancien élu tué au Pays basque

09 mars 2008, 12:00

Un ancien élu local socialiste a été tué hier au Pays basque espagnol. Cet attentat, deux jours avant des élections législatives nationales, a amené les partis politiques à interrompre leur campagne électorale.

Père de trois enfants, Isaias Carrasco, 42 ans, a été abattu devant sa femme et sa petite fille dans la localité de Mondragon vers 13h30. «J'ai regardé par la fenêtre et j'ai vu sa femme et sa fille au-dessus de lui criant assassins, assassins. Sa poitrine était couverte de sang et elles avaient du sang sur elles également», a déclaré une habitante interrogée par la télévision CNN +. Cet attentat n'a pas été immédiatement revendiqué. Le ministre espagnol de l'Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, l'a imputé à l'organisation séparatiste basque ETA.

A la suite de cet assassinat, condamné par le chef du gouvernement autonome basque Juan José Ibarretxe, le Parti socialiste espagnol au pouvoir et le Parti populaire d'opposition ont décidé de mettre fin à leur campagne électorale pour le scrutin de dimanche. Le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a assuré que l'Espagne ne laisserait pas l'ETA «interférer» dans «la pacifique volonté des citoyens convoqués aux urnes» pour les législatives. En soirée, José Luis Rodriguez Zapatero s'est rendu à Mondragon pour y rencontrer la famille du défunt, tout comme son rival conservateur Mariano Rajoy. Le gouvernement espagnol avait relevé le 21 février son alerte nationale antiterroriste à son «niveau maximum» pour la période des élections. Il avait dit craindre que l'ETA ne tente d'influer sur le scrutin en commettant un attentat.

L'ETA a appelé récemment au «boycottage» des élections législatives espagnoles pour protester contre «l'oppression» de l'Etat espagnol, face tout particulièrement à l'interdiction de deux partis indépendantistes proches de son bras politique hors-la-loi Batasuna. / ats-afp-reuters

Votre publicité ici avec IMPACT_medias