Ukraine: Volodymyr Zelensky exige un «juste châtiment» contre la Russie

Le président ukrainien a plaidé mercredi avec force par vidéo devant l’assemblée générale de l’ONU pour un «juste châtiment» contre la Russie. Il a aussi réclamé la mise en place d’un tribunal spécial et d’un fonds de compensation pour les victimes.

22 sept. 2022, 06:46
Volodymyr Zelensky a aussi réclamé la mise en place d'un tribunal spécial et d'un fonds de compensation pour les victimes. (archives)

«Un crime a été commis contre l’Ukraine et nous réclamons un juste châtiment», a martelé Volodymyr Zelensky. «Châtiment pour avoir essayé de voler notre territoire, châtiment pour les meurtres de milliers de personnes, châtiment pour la torture et l’humiliation des femmes et des hommes», a-t-il ajouté, répétant encore et encore ce mot de «châtiment».

Vêtu de son habituel T-shirt kaki, le président ukrainien a aussi appelé l’ONU à priver la Russie de son droit de veto au Conseil de sécurité.



«Nous sommes prêts pour la paix. Mais une paix honnête et juste», a-t-il poursuivi, listant les ingrédients de sa «recette» pour la paix, du «châtiment» à la restauration de l’intégrité territoriale en passant par des «garanties de sécurité».

Applaudissements

«Le monde est de notre côté», a-t-il affirmé lors de ce discours de plus de 20 minutes, accueilli par les applaudissements de nombreux délégués, pour certains debout dans la salle à New York.

Quelques heures plus tôt à la tribune de l’ONU, le président américain Joe Biden a lui aussi attaqué frontalement la Russie qui a annoncé la mobilisation de centaines de milliers de réservistes et brandi la menace d’un recours à l’arme nucléaire. «Cette guerre anéantit le droit de l’Ukraine à exister, tout simplement», a lâché M. Biden.

La Russie, membre permanent du Conseil de sécurité, «a violé de manière éhontée les principes de la charte des Nations unies» en s’emparant de parties du territoire de son voisin, a-t-il fustigé.

L’UE, qui a également dénoncé «avec force l’escalade de la Russie», examine de son côté de nouvelles sanctions contre Moscou, a indiqué le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell à l’issue d’une réunion d’urgence des ministres des affaires étrangères à New York mercredi soir.

par Keystone - ATS