Ukraine: la visite de Cassis à New York marquée par la Russie

Ignazio Cassis s’est rendu à New York pour la semaine d’ouverture de l’Assemblée générale de l’ONU où il a rencontré le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov.

21 sept. 2022, 22:15
Le président suisse Ignazio Cassis a prononcé mardi son discours lors du 77e débat général dans la salle de l’Assemblée générale au siège des Nations unies à New York.

La visite du président de la Confédération Ignazio Cassis à New York pour la semaine d’ouverture de la 77e Assemblée générale de l’ONU à New York a été marquée par la guerre en Ukraine. Il a rencontré mercredi le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov.

«Lors de ma rencontre avec le ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov, j’ai demandé à la Russie de s’abstenir d’organiser de soi-disant référendums dans les territoires occupés de l’Ukraine», a fait savoir M. Cassis après l’entretien.



Le président de la Confédération a également fait part à M. Lavrov de la profonde inquiétude que suscite en Suisse la menace d’utilisation d’armes nucléaires dans la guerre en Ukraine. Le président russe Vladimir Poutine a à nouveau menacé mercredi matin de recourir à une frappe nucléaire.

A lire aussi: Ukraine: la Suisse ne reconnaîtra pas les résultats des référendums annoncés par la Russie

Dans son discours mardi devant l’Assemblée générale, M. Cassis avait déjà fermement condamné l’agression militaire russe en Ukraine et exigé un retrait immédiat des troupes russes.

Mandat de protection discuté

La Suisse est toujours prête à offrir ses bons services entre l’Ukraine et la Russie, a rappelé le Tessinois. A la demande de l’Ukraine, la Suisse a déjà élaboré un mandat de puissance protectrice pour les citoyens ukrainiens en Russie et l’a remis aux Russes.

M. Cassis s’est enquis de l’état de la situation auprès de son homologue russe. Aucune nouvelle annonce à ce sujet n’a toutefois été faite après la rencontre. Le conseiller fédéral a simplement souligné que la neutralité et les bons offices restent les instruments de la Suisse pour le dialogue.

par Keystone - ATS