Possibles conséquences indirectes en Suisse d’une guerre en Ukraine

Cyberattaques, actes d’espionnage ou mouvements migratoires: le Conflit en Ukraine pourrait avoir de répercussions en Suisse, avertit le Département fédéral de la défense.
24 févr. 2022, 08:31
Les piratages informatiques et l'espionnage peuvent frapper la Suisse, a notamment déclaré la cheffe de la politique de sécurité du DDPS.

La Suisse peut être impactée indirectement par la guerre en Ukraine, prévient jeudi Pälvi Pulli, la cheffe de la politique de sécurité du Département fédéral de la défense (DDPS). Elle cite des cyberattaques, des actes d’espionnage et des mouvements migratoires.

Les piratages informatiques et l’espionnage peuvent frapper des diplomates ou des organisations internationales basées en Suisse, déclare Mme Pulli dans un entretien diffusé par les journaux du groupe de presse CH-Media.

Des infrastructures critiques transfrontalières, comme celles de l’énergie et des communications, peuvent également être ciblées, ajoute-t-elle. La responsable constate déjà des activités de désinformation sur les médias sociaux en Suisse.

La Suisse de se préparer

Elle ne s’attend toutefois pas à une attaque armée contre la Suisse. Mais au vu des «conséquences graves» d’une telle menace, la Suisse doit tout de même s’y préparer, poursuit Mme Pulli.

Elle ne voit pas non plus l’OTAN s’impliquer dans cette guerre. Ni la Russie ni l’OTAN n’ont intérêt à une confrontation armée directe, note-t-elle. Mais il est clair, ajoute-t-elle, que ce conflit et les tensions ne disparaîtront pas de sitôt. «On peut donc s’attendre à un changement d’époque, peut-être un changement d’époque dans la politique de sécurité internationale».

Le fait qu’un membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU remette en question la légitimité d’un grand Etat européen, voire la nie, est exceptionnel, remarque Mme Pulli. «La situation est préoccupante et volatile».

La Suisse «condamne fermement l’invasion»

La Suisse «condamne dans les termes les plus forts l’invasion russe de l’Ukraine». Elle appelle Moscou à cesser «immédiatement l’agression militaire» et à retirer ses troupes du territoire ukrainien, écrit jeudi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Sur Twitter, les services d’Ignazio Cassis dénoncent «une violation flagrante du droit international». Ils exhortent au respect du droit international humanitaire et expriment leur inquiétude quant aux dangers que courent des civils innocents.

Le DFAE recommande par ailleurs aux personnes de nationalité suisse présentes en Ukraine de quitter le pays par leurs propres moyens, «si cela semble possible et sûr». Il déconseille les voyages à destination de l’Ukraine.

par Keystone - ATS