Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Tony Blair s'en ira dans les douze mois

Soumis à forte pression, Tony Blair a annoncé hier qu'il quitterait son poste «dans les douze mois à venir». Il s'est refusé à communiquer la date exacte de son départ malgré les appels pressants d'une partie de ses troupes travaillistes.

08 sept. 2006, 12:00

«Je ne vais pas fixer maintenant une date précise, je ne pense pas que cela soit la chose à faire. Je le ferai à une date ultérieure et je le ferai dans l'intérêt du pays», a dit le premier ministre britannique au cours d'une allocution télévisée.

La tempête des derniers jours a ainsi finalement eu raison de sa résistance. Alors que l'inquiétude due à la crise de popularité de Tony Blair va croissant au sein du parti travailliste, un secrétaire d'Etat et sept membres de son administration ont démissionné cette semaine après avoir invité le chef du gouvernement à céder le pouvoir sans attendre.

Rêves envolés

Cette effervescence, Tony Blair l'a d'une certaine façon recherchée en annonçant après sa troisième victoire consécutive aux élections législatives, au printemps 2005, qu'il démissionnerait avant le prochain scrutin, prévu en 2009. Ce retrait avant le terme de son mandat, expliquait-il alors, donnerait à son successeur le temps de s'installer dans ses fonctions et de conduire le Labour vers une nouvelle victoire.

Mais ses rêves de transition en douceur sont désormais oubliés. Il est désormais à couteaux tirés avec Gordon Brown, son ministre des Finances et successeur pressenti qui paraît avoir joué un grand rôle dans la tempête de ces derniers jours. / ats-afp-reuters

Votre publicité ici avec IMPACT_medias