Taïwan: des manifestants occupent le siège du gouvernement

Des centaines de manifestants ont occupé dimanche soir en partie, le siège du gouvernement de Taiwan.
07 août 2015, 13:31
Students protesting against a China Taiwan trade pact rally in front of a wall of police outside of the occupied legislature, in Taipei, Taiwan, Thursday, March 20, 2014. Hundreds of opponents of a trade pact with China continued to demonstrate in and around Taiwan's legislature Thursday, in the most serious challenge to date to President Ma Ying-jeou's policy of moving the democratic island of 23 million people economically closer to Communist China. (AP Photo/Wally Santana)

Plusieurs centaines de manifestants ont occupé dimanche soir une partie du siège de l'exécutif de Taiwan. Ils ont dénoncé le pacte commercial avec la Chine que le Parlement devrait approuver le 8 avril.

Le président Ma Ying-jeou affirme que ce pacte avec le principal marché d'exportation de l'île est essentiel à sa prospérité.

L'opposition craint toutefois qu'il ne fragilise les petites entreprises taïwanaises de service. Surtout, une partie de la population y voit un risque de laisser la Chine étendre son influence sur un territoire qu'elle considère comme une province renégate depuis que les nationalistes chinois s'y sont installés après leur défaite face aux communistes sur le continent en 1949.

Des images de télévision ont montré des échauffourées entre des manifestants et la police après que plusieurs personnes eurent pénétré de force dans le bâtiment.

Blessés évoqués

Les manifestants ont barricadé les portes et les fenêtres à l'aide de tables et de chaises et ils ont saisi l'ordinateur du chef de cabinet de la présidence, selon les médias, qui font état d'au moins 13 blessés au total.

Des adversaires du pacte commercial avec la Chine sont déjà entrés de force mardi dans l'enceinte du Parlement et, depuis, ils protestent chaque jour dans les rues avoisinantes.

M. Ma a dit comprendre la passion des manifestants, souvent jeunes, parce que Taïwan "peut uniquement avoir un avenir si les jeunes se soucient de leur pays et sont suffisamment courageux pour s'impliquer".

Il a toutefois souligné que leur initiative était illégale et perturbait le travail du gouvernement. "Ne sommes-nous pas fiers de la démocratie et de l'Etat de droit à Taiwan?", a-t-il interrogé. "S'il n'y a pas d'Etat de droit, la démocratie ne peut pas être préservée", a-t-il ajouté.