Séisme au Mexique: une semaine après, le bilan grimpe à 325 morts, les recherches se poursuivent

Le tremblement de terre de magnitude 7,1 qui a frappé le Mexique le 19 septembre dernier a fait près de 325 victimes, selon un dernier bilan officiel. Les recherches de survivants se poursuivent dans la capitale. Dans les rues, les habitants apprennent à vivre avec la peur au ventre.
26 sept. 2017, 06:48
Une semaine après le séisme, les sauveteurs mexicains et étrangers s'activent encore sur une poignée de sites de la capitale mexicaine.

Une semaine après le séisme qui a fait plus de 300 morts au Mexique, un infime espoir de retrouver des survivants poussait encore les secouristes à poursuivre leurs opérations dans la capitale. A Mexico, la tension montait parmi les proches.

Les sauveteurs mexicains et étrangers s'activaient sur une poignée de sites de la capitale mexicaine. Le gros des effectifs se concentrait sur un immeuble de bureaux de sept étages du quartier de Roma. Une quarantaine de familles étaient toujours sans nouvelles des leurs, selon la Protection civile.

 

 

Le bilan officiel du séisme de magnitude 7,1 qui a frappé le 19 septembre était lundi soir de 325 morts, dont plus de la moitié dans la capitale, où vivent 20 millions de personnes.

Franchi vendredi, le délai critique des premières 72 heures, au-delà duquel les chances de survie sont très faibles, paraît désormais bien loin. Même si les Mexicains se souviennent des sauvetages "miracles" accomplis après le grand séisme du 19 septembre 1985, qui avait fait plus de 10'000 morts, et jusqu'à 30'000 selon certaines estimations.

 

 

Pendant ce temps, une polémique concernant l'école Enrique Rebsamen, où ont péri 19 enfants et sept adultes, enfle à Mexico: selon les médias locaux, l'établissement privé aurait produit de faux documents aux autorités pour pouvoir fonctionner. "Si cela devait se confirmer, ce serait très grave", a déclaré lundi à la chaîne Televisa le ministre de l'Education Aurelio Nuño, ajoutant que ses services allaient enquêter.

Stress post-traumatique

Les embouteillages ont réapparu sur les grandes avenues de Mexico. Les passagers étaient nombreux dans le métro. Dans les rues, cyclistes et automobilistes reprenant leurs trajets quotidiens et des joggeurs renforçaient l'impression de normalité.

 

 

Mais l'angoisse persiste chez de nombreux habitants, dont les nerfs ont été soumis à rude épreuve samedi par une nouvelle secousse de 6,1. Deux personnes sont mortes d'un infarctus "à cause" de ce séisme dans la capitale, selon la Protection civile. Près de l'épicentre, dans l'Etat de Oaxaca, la secousse a causé la mort d'un homme et d'une femme.

Il faut "apprendre à vivre dans un endroit où il y a des séismes, apprendre à vivre avec les alertes", explique Raquel Gonzalez, une psychologue qui s'est installée dans un parc tout proche de l'immeuble de bureaux de la Roma. Avec ses collègues, ils ont reçu autour de trois stands quelque 50 patients par jour depuis mardi, dit-elle.