Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Rencontre avec l'Eglise de Chine

La chancelière allemande Angela Merkel a terminé sa visite par une rencontre avec l'Eglise officielle. Malgré les tensions entre Pékin et le Vatican La chancelière allemande Angela Merkel a conclu hier sa première visite en Chine par la capitale économique Shanghai. Elle a rencontré le représentant de l'Eglise officielle chinoise, Mgr Jin Luxian, dans un contexte de tension entre Pékin et le Vatican.

25 mai 2006, 12:00

Cet entretien entre Angela Merkel et l'évêque de Shanghai, organisé à la demande des Allemands, a apporté une touche personnelle à une visite dominée par les questions économiques et commerciales, mais aussi les droits de l'Homme.

Vingt ans en prison

Angela Merkel et Mgr Jin, un jésuite formé en France, ont eu un entretien privé d'une demi-heure et ont visité la cathédrale de Shanghai. «J'ai été très impressionnée par l'évêque. Et aussi par son grand intérêt pour de bonnes relations entre le Vatican et le gouvernement chinois», a-t-elle dit à la presse. Mgr Jin a été nommé évêque en 1985 après avoir rejoint l'Eglise patriotique chinoise contrôlée par le régime. «La rencontre a été émouvante, l'évêque savait beaucoup de choses sur moi. Il savait que je suis protestante», a indiqué la chancelière. S'exprimant en allemand, Mgr Jin, qui entretient des liens avec l'Eglise clandestine chinoise, s'est souvenu de ses années en prison, près de 20 ans à partir de 1955. «Dieu est très bon avec moi. J'ai été en prison pendant tellement longtemps, mais Il m'a encore accordé du temps pour pouvoir vivre», a-t-il dit, selon des sources diplomatiques allemandes.

Malgré la volonté de rapprochement de Benoît XVI, qui aspire à normaliser les relations avec la Chine, rompues à l'initiative de Pékin au début des années 1950, le régime communiste a montré ces derniers temps sa détermination à garder le contrôle de l'Eglise officielle en nommant des évêques sans le consentement du pape.

Rapports difficiles

La Chine compte plusieurs millions de catholiques divisés entre l'Eglise patriotique, qui revendique 5 millions de fidèles, et une Eglise clandestine fidèle au Vatican, qui en rassemblerait une dizaine.

Angela Merkel a indiqué avoir évoqué les droits de l'Homme lundi à Pékin au cours de ses entretiens avec le président Hu Jintao et le premier ministre Wen Jiabao, qu'il s'agisse du contrôle exercé par le régime communiste sur internet ou du Tibet. / ats-afp

Votre publicité ici avec IMPACT_medias