Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Première Guerre mondiale: critiqué pour avoir renoncé la veille, Trump visite un cimetière américain

Critiqué pour avoir annulé, samedi, la visite du cimetière militaire américain de Bois Belleau, Donald Trump a rendu hommage, dimanche, aux soldats enterrés à Suresnes, près de Paris.

11 nov. 2018, 17:38
Selon la Maison Blanche, Donald Trump avait annulé sa visite de samedi pour des raisons logistiques.

Le président américain Donald Trump s'est rendu dimanche après-midi au cimetière américain de Suresnes, au nord-ouest de Paris. Il y a rendu hommage aux "courageux Américains qui ont donné leur dernier souffle" lors de la Première Guerre mondiale.

Le président américain a fait son discours sous la pluie, dans ce cimetière situé sur le versant est du Mont-Valérien, lieu de recueillement à flanc de colline dominant au loin la capitale française, avec ses centaines de croix blanches parfaitement alignées.

 

 

Ce cimetière est le symbole de l'engagement des Etats-Unis dans ce conflit. Il accueille les sépultures de 1541 soldats américains tombés au cours de la Première Guerre mondiale et ayant transité par l'Hôpital américain de Paris, à Neuilly-sur-Seine (région parisienne).

M. Trump a ensuite quitté Suresnes. Il s'est rendu vers l'aéroport d'Orly (région parisienne) d'où il doit s'envoler à bord d'Air Force One pour Washington.

Peu avant son arrivée à Suresnes, Donald Trump avait tweeté: "Une belle cérémonie aujourd'hui à Paris pour commémorer la fin de la Première Guerre mondiale. De nombreux dirigeants mondiaux ont fait le déplacement. Merci @EmmanuelMacron, Président de la France! Je me rends au cimetière américain de Suresnes pour faire un discours sur nos grands héros!".

 

 

Impasse sur Bois Belleau

Cette visite à Suresnes prend un relief particulier au lendemain de l'annulation d'un autre déplacement que le locataire de la Maison Blanche devait effectuer dans le cimetière américain de Bois Belleau, à une centaine de kilomètres au nord-est de Paris. La Maison Blanche a mis en avant des contraintes logistiques liées au mauvais temps (M. Trump devait voyager à bord de l'hélicoptère présidentiel Marine One).

Votre publicité ici avec IMPACT_medias