Poutine dénonce les projets de l'Otan

06 avr. 2008, 12:00

Annoncé de mauvaise humeur à Bucarest, le président russe Vladimir Poutine a finalement choisi hier d'éviter l'invective avec les dirigeants de l'Otan. Mais il a fermement dénoncé leur volonté d'étendre à terme leur alliance à l'Ukraine et la Géorgie.

Main de fer dans un gant de velours, le président russe s'est félicité du dialogue ouvert avec les dirigeants des 26 pays de l'Otan, réunis en sommet dans la capitale roumaine depuis mercredi. «Nous avons discuté de manière très ouverte et l'esprit de compromis a prévalu», a expliqué le Russe. «Les discussions se sont déroulées dans un esprit positif», a confirmé le secrétaire général de l'Otan.

Un haut diplomate russe avait pourtant prévenu que Vladimir Poutine était fâché après les décisions prises par l'Alliance jeudi. L'Otan appuiera en effet l'implantation en Europe centrale d'éléments du bouclier antimissile américain, fortement combattu par la Russie, qui y voit une menace. Et si l'Otan n'a pas accordé de statut officiel de candidat à l'Ukraine et à la Géorgie, elle a promis à ces deux pays limitrophes de la Russie qu'ils la rejoindraient un jour.

Vladimir Poutine a adressé de violentes charges contre l'Otan, en particulier contre son projet d'élargissement à l'est. «On demande à la Russie de regarder ce processus sans que ses intérêts soient pris en compte», a-t-il souligné. «L'apparition d'un bloc puissant à nos frontières sera considérée en Russie comme une menace directe contre notre sécurité», a ajouté le président.

Il a aussi reproché à l'Otan d'avoir rapproché son infrastructure militaire des frontières russes en prenant l'exemple des nouvelles bases américaines en Bulgarie et en Roumanie. / ats-afp