Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Pour Martin Kallen, l'Euro 2008 a été le meilleur de l'histoire

A l'heure du bilan, les organisateurs de l'Euro 2008 se montrent ô combien satisfaits. La manifestation s'est déroulée sans accroc majeur et a dégagé un bénéfice net de 412 millions de francs. Un mois exactement après le sacre de l'Espagne, les organisateurs de l'Euro 2008 ont tiré un bilan très positif de la manifestation. «Nous voulions mettre en œuvre le meilleur Euro de l'histoire: l'objectif a été atteint», a déclaré Martin Kallen, directeur du tournoi.

30 juil. 2008, 12:00

La barre a été placée très haut par les organisateurs austro-suisses. Et il apparaît d'ores et déjà très difficile de faire autant bien, sinon mieux, dans quatre ans en Pologne et en Ukraine. Pour autant, bien entendu, que ces deux pays accueillent bel et bien l'Euro 2012. Une réponse définitive tombera en septembre lors du congrès de l'UEFA à Bordeaux.

«L'Euro 2008 a été un grand succès», a aussi relevé le président de l'ASF, Ralph Zloczower. Il a souligné le grand engouement populaire qui s'est manifesté en juin en Suisse. Les chiffres ont d'ailleurs montré que neuf Suisses sur dix ont regardé au moins un match à la télévision. Et en moyenne, l'Helvète moyen a passé une dizaine d'heures à regarder des émissions consacrées à l'Euro 2008.

Directeur du tournoi en Suisse, Christian Mutschler a pour sa part constaté avec satisfaction qu'il n'y avait pas eu de problème majeur au chapitre de la sécurité. «Il faut dire un grand merci aux supporters, qui se sont comportés de manière exemplaire», a-t-il déclaré lors de la conférence de presse tenue à l'aéroport de Zurich.

Les organisateurs peuvent également arborer un large sourire à l'heure de faire les comptes. Les recettes ont culminé à 1,3 milliard d'euros, soit 2,145 milliards de francs (852 millions d'euros en 2004 au Portugal). Elles se répartissent ainsi: 600 millions d'euros pour les dépenses liées aux événements, 450 millions versés à titre de solidarité aux 53 associations membres de l'UEFA, et 250 millions de bénéfice net (soit 412 millions de francs).

Ces recettes prodigieuses proviennent de quatre sources principales: les droits médias (60%), les droits commerciaux (21%), les programmes d'hospitalité (12%) et la billetterie (7%). Quant au bénéfice, l'UEFA entend principalement l'utiliser pour financer les compétitions juniors et féminines, ainsi que pour ses programmes de formation des entraîneurs et arbitres.

Autre point positif, le recours toujours plus important aux transports publics. Les CFF ont proposé la bagatelle de 4700 trains spéciaux durant la manifestation. Fait significatif, les parkings à proximité des stades n'ont jamais été pleins. «Cela prouve que lorsque l'offre est attractive, les gens changent leurs habitudes», a souligné Christian Mutschler.

Enfin, le site internet de l'Euro 2008 a été littéralement pris d'assaut. En juin, il a accueilli plus de 62 millions de visiteurs provenant de plus de 200 pays. En tout, il y a eu 1,3 milliard de pages consultées. C'est le double que lors de l'Euro 2004. /si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias