Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Pékin orchestre un procès éclair pour en finir avec le scandale Bo Xilai

Gu Kailai, l'épouse d'un dirigeant tombé en disgrâce, doit répondre du meurtre, en automne 2011, d'un consultant britannique. Elle risque la peine de mort.

09 août 2012, 00:01
data_art_6282438.jpg

Le dernier acte de l'affaire Bo Xilai s'ouvre. Le procès de Gu Kailai, l'épouse du politicien déchu, marque la dernière étape d'une saga qui a secoué la très secrète sphère politique chinoise. Le tribunal de Hefei ne devrait mettre que quelques jours à rendre son verdict, pour cette affaire hautement sensible que le pouvoir souhaite rapidement effacer de son agenda. La partie se joue cette fois dans la province de l'Anhui, à l'ouest de Shanghaï, à des milliers de kilomètres de Chongqing, ancien fief de Bo Xilai, et de Pékin.

Gu Kailai et Zhang Xiaojun, homme de main de la famille, qui avait commencé au service du père de Gu, le général Gu Jingsheng, devront répondre du meurtre de Neil Heywood, l'homme d'affaires britannique retrouvé inanimé dans sa chambre d'hôtel de Chongqing, en novembre dernier. L'agence Xinhua a révélé, il y a à peine une semaine, le chef d'inculpation retenu...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias